COMECE/Droit d´asile/Immigration: "Le défi de la solidarité"

"Eviter les abus et conjuguer justice et solidarité".

| 1213 clics

CITE DU VATICAN, Vendredi 30 mars 2001 (ZENIT.org) - "L´exercice de la solidarité envers les immigrés est un défi pour tous en tant que chrétiens et en tant qu´Européens", affirment les évêques de la COMECE. Ils souhaitent que les réglementations européennes soient harmonisées de façon à "éviter les abus et conjuguer justice et solidarité".



"Prenant note de l´intention de la Commission européenne de développer une politique commune d´asile et pour l´immigration, les évêques ont exprimé leur souci particulier pour qui arrive dans l´Union européenne pour se protéger de la persécution", indique un communiqué final des évêques.

Lors de la conférence de presse de ce matin, Mgr Ottilio Nicora, représentant de la Conférence épiscopale italienne et vice-président de la COMECE, saluait en effet la volonté de l´Union d´arriver à un "minimum commun" dans la politique d´immigration des pays membres, et que le sujet - le droit d´asile et l´immigration - intéresse tout particulièrement les évêques européens.

Il résumait les deux recommandations des évêques: "réalisme" et "ouverture aux valeurs". Réalisme, c´est-à-dire que le phénomène des migrations ne peut être arrêté et que le droit d´asile va grandir. Ouverture aux valeurs, c´est-à-dire capacité de voir l´aspect positif de ces flux migratoire qui sont historiquement à la base de la constitution de l´Europe, avec le lent phénomène de l´intégration.

Il indiquait deux attitudes chrétiennes: "solidarité" et "accueil". En tant que "pasteurs de communautés concrètes", expliquait l´évêque, nous ne pouvons "ignorer" les problèmes complexes liés à l´immigration. Mais il faut faire un "effort créateur", disait-il, pour trouver des "formes de régulées de solidarité et d´accueil". "Cela ne peut être laissé au hasard, précisait-il, ce sera un signe de responsabilité".

A propos du droit d´asile, Mgr Nicora expliquait qu´il était souhaitable que soit trouvée des réglementations pour éviter les différences de pays à pays et ainsi "éviter des abus". Il soulignait cela comme "urgent" et "délicat" à la fois puisque les personnes concernées sont dans des situations "à risque" pour leurs droits fondamentaux voir pour leur vie même.

Pour ce qui est de l´immigration à proprement parler, Mgr Nicora rappelait qu´il s´agit d´un droit: celui d´aller chercher ailleurs que dans son pays d´origine de meilleures conditions de vie. Il soulignait aussi le fait que la mie en place d réglementations est légitime dans les pays d´accueil. Mais il ajoutait en même temps que les évêques de la COMECE souhaitent l´adoption de "critères communs" en Europe "pour éviter les abus et pour conjuguer justice et solidarité".