Commerce des armes : le Saint-Siège évoque l’urgence d’un instrument légal

Intervention à l’ONU

| 1097 clics

ROME, Mardi 26 juillet 2011 (ZENIT.org) –Tout en évoquant les « graves répercutions » du commerce illicite des armes sur la paix et le développement, le Saint-Siège a fait part de l’urgence de la mise en place d’un « instrument légal fort, crédible, efficace et concret pour augmenter la transparence dans le commerce des armes ».

L’intervention a été prononcée par un représentant du Saint-Siège à New-York à l’occasion du 3e comité préparatoire de la Conférence des Nations Unies sur le Traité du Commerce des armes (11-15 juillet 2011).

« Dans de nombreuses parties du monde – a affirmé le représentant du Saint-Siège à l’ONU – le commerce illicite des armes et des munitions a apporté de la souffrance humaine, des conflits internes, des désordres civils, des violations de droits humains, des crises humanitaires, des crimes, la violence et la terreur ».

Il a dénoncé les « ventes irresponsables d’armes dans diverses parties du monde » et l’absence de réglementation au niveau international.

« Le Saint-Siège reconnaît la grande importance du processus actuel pour le Traité sur le commerce des armes ». « Un commerce d’armes non réglementé » et « le manque de systèmes de contrôle efficaces pour leur commerce au niveau international provoquent de graves conséquences humanitaires », a-t-il déploré, évoquant entre autres le ralentissement du développement humain intégral, l’augmentation des conflits et l’expansion d’une culture de la violence et de l’impunité.

« Nous devons toujours rappeler les graves répercutions du commerce illicite des armes sur la paix, le développement, les droits humains et la situation humanitaire, et spécialement le profond impact sur les femmes et les enfants », a-t-il insisté. « Ces questions ne peuvent être résolues de manière efficace qu’à travers le partage des responsabilités de la part de tous les membres de la communauté internationale ».

Dans son intervention, le représentant du Saint-Siège a évoqué « l’urgence d’adopter un instrument légal » avec « des mesures légalement contraignantes pour le contrôle du commerce des armes et des munitions conventionnelles au niveau mondial, régional et national ».

« La communauté internationale a besoin d’un instrument légal fort, crédible, efficace et concret pour augmenter la transparence dans le commerce des armes, promouvoir l’adoption de critères communs pour le contrôle de ce commerce et établir un cadre légalement contraignant pour réglementer le commerce des armes et des munitions conventionnelles, ainsi que la vente et la concession de licences relatives aux technologies pour leur production ».

Le principal objectif d’un Traité sur le commerce des armes – a-t-il conclu – « doit être celui de sauvegarder la vie humaine et de construire un monde plus respectueux de la dignité humaine, et pas seulement de réglementer le trafic illicite d’armes ». « Agir de manière responsable signifie promouvoir une vraie culture de paix et de vie ».

Marine Soreau