Communiqué des Ordinaires catholiques de Terre Sainte

Inchangée, la position du Saint-Siège sur Jérusalem

| 857 clics

ROME, mercredi 13 juin 2012 (ZENIT.org) – Mgr Ettore Balestrero, sous-secrétaire du Saint-Siège pour les relations avec les États, dément des allégations parues dans la presse israélienne et palestinienne, sur une reconnaissance éventuelle même indirecte, de la souveraineté israélienne sur Jérusalem-Est: la position du Saint-Siège sur Jérusalem n'a pas changé.

Dans le sillage de la réunion de la Commission permanente Saint-Siège / Israël en vue d’un Accord – en cours de négociation – concernant les questions économiques et financières des Institutions de l’Eglise en Terre Sainte, l’Assemblée des Ordinaires Catholiques de Terre Sainte s’exprime dans le communiqué suivant, publié par le site du patriarcat latin de Jérusalem :

Assemblée des Ordinaires Catholiques de Terre Sainte

Commission Justice et Paix

Communiqué:

Jérusalem, 12 juin 2012

1. Le Saint-Siège a travaillé ces derniers jours sur les termes d’un accord avec Israël, concernant les questions économiques et financières des Institutions de l’Eglise en Terre Sainte (églises, monastères, etc…), en application du « Fundamental Agreement » de 1993.

Les discussions pour ce nouvel accord ont commencé il y a 10 ans environ. Elles sont actuellement à une étape finale. La signature que certains disaient être imminente n’a pas eu lieu. La discussion en effet n’est pas terminée, elle reprendra en décembre prochain, selon le communiqué du Saint-Siège aujourd’hui 12 juin.

2. Les nouvelles se sont répandues comme si l’accord reconnaissait implicitement la souveraineté d’Israël sur Jérusalem-Est occupée, vu que son application porte sur toutes les institutions de l’Eglise qui se trouvent sous l’autorité israélienne, et que le texte des accords ne contient pas une distinction expresse entre les institutions en Israël dans les frontières d’avant 1967 et entre celles qui se trouvent en Israël à Jerusalem-Est occupée.

A ce sujet une première clarification avait été déjà faite par Mgr Mamberti, chargé des relations avec les Etats : « L’Eglise portant une attention particulière aux questions fiscales demande à Israël de traiter ces institutions d’une manière équitable partout où l’Etat d’Israël exerce son autorité de facto, sans déterminer s’il le fait en tant qu’Etat souverain ou en tant qu’ Etat occupant, et donc sans entrer dans l’aspect politique de la question. » (Lettre du 3 mai 2012 adressée à Dr Ekmeleddin Ihasanoglu, secrétaire général de l’Organisation de la Coopération Islamique), ce qui veut dire que cet accord n’entend avoir aucune conséquence politique.

Aujourd’hui une autre déclaration plus claire a été donnée lors de la Conférence de presse tenue aujourd’hui 12 juin par Mgr Ettore Balestrero, sous-secrétaire pour les Relations avec les Etats, dont les propos suivent: « Tendant à résoudre des problèmes concrets, il a été décidé de négocier dans l’Accord que de propriétés qui ne sont ni à Jérusalem-Est ni en Cisjordanie. Il est donc inexact de dire qu’avec cet accord le Saint-Siège violerait la Convention de Genève sur la protection des civils en temps de guerre. Cette confusion et cette alarme résultent de l’usage incorrect d’un document de travail en phase de ré-élaboration, dont la première version était dépassée. »

Et à propos de la position du Saint-Siège sur le statut de Jérusalem, il répond : « Elle est inchangée. Elle est exprimée dans l’Accord de base entre l’OLP et le Saint-Siège et elle le sera dans l’Accord global en phase d’élaboration».

3. Et nous, Eglise locale, nous sommes certains et nous déclarons que le Saint-Siège n’a pas changé et ne changera pas sa position en ce qui concerne le statut de Jérusalem. L’accord prévu concerne donc des mesures à caractère exclusivement économique et fiscal, et n’entend nullement opérer des changements dans le statut de Jérusalem tel qu’il est, et moins encore dans le statut de Jérusalem-Est occupée.

† Fouad Twal, Patriarche latin de Jérusalem, président

† Michel Sabbah, président Commission Justice et Paix, AOCTS