Composition de la commission d’enquête sur Medjugorje

Une théologienne nommée « expert »

| 4093 clics

ROME, Mardi 13 avril 2010 (ZENIT.org) - Le Vatican publie officiellement la liste des membres, dont 5 cardinaux, de la Commission d'enquête sur les phénomènes d'apparitions mariales présumées de Medjugorje (Bosnie Herzégovine), et révèle aussi le nom de quatre experts.

La Commission internationale d'enquête sur Medjugorje que le pape Benoît XVI vient de confier à l'autorité du cardinal Camillo Ruini, vicaire émérite du pape pour le diocèse de Rome, a tenu sa première réunion le 26 mars dernier, indique le Saint-Siège, sans autres précisions. Le communiqué confirme une liste non-officielle qui circule déjà depuis plusieurs semaines.

Le porte-parole du pape avait indiqué, le 17 mars : « Cette commission, composée de cardinaux, évêques, experts, travaillera de façon réservée, en soumettant le résultat de son étude aux instances du dicastère ».

Le Vatican confirme aujourd'hui que la commission travaillera dans « une rigoureuse réserve » et ses conclusions « seront soumises aux instances de la congrégation pour la Doctrine de la Foi ».

Le psychanaliste français et spécialiste en psychiatrie sociale, Mgr Tony Anatrella, est nommé membre de cette commission. Mgr Anatrella reçoit en consultations et enseigne la psychologie à Paris. Il est consulteur des conseils pontificaux pour la Famille et pour la Pastorale des services de santé.

Le secrétaire est le P. Achim Schütz, professeur d'Anthropologie théologique à l'université pontificale du Latran. Mgr Krzysztof Nykiel, official de la congrégation pour la Doctrine de la Foi, est secrétaire adjoint.

Une femme fait partie des quatre experts, soeur Veronica Nela Gašpar, professeur de théologie Rijeka (Croatie).

La commission rassemble quatre cardinaux aux côtés du cardinal Ruini :

Jozef Tomko (Slovaquie), préfet émérite de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples, Vinko Puljić, archevêque de Sarajevo (Bosnie), président de la conférence épiscopale de Bosnie-Herzégovine, Josip Bozanić, archevêque de Zagreb, vice-président du conseil des conférences épiscopales d'Europe, Julián Herranz, président émérite du Conseil pontifical pour les textes législatifs.

Cinq théologiens, dont deux franciscains (la paroisse de Medjugorje est confiée aux soins pastoraux des Franciscains), s'ajoutent à eux:

Mgr Angelo Amato, S.D.B., préfet de la Congrégation pour les causes des saints, Mgr Pierangelo Sequeri, professeur de théologie fondamentale à la faculté théologique d'Italie septentrionale ; les PP. A. Maria David Jaeger, O.F.M., consulteur du Conseil pontifical pour les textes législatifs, Zdzisław Józef Kijas, O.F.M.Conv., rapporteur de la Congrégation pour les causes des saints, Salvatore M. Perrella, O.S.M., professeur de mariologie à la faculté pontificale de théologie « Marianum ».

Les trois autres experts accompagnent les travaux de la Commission, dont deux jésuites : le P. Franjo Topić, professeur de théologie fondamentale à Sarajevo, le P. Mijo Nikić, s.j., professeur de psychologie et de psychologie des religions à l'Institut philosophique et théologique de la Compagnie de Jésus à Zagreb, et le P. Mihály Szentmártoni, s,j., professeur de spiritualité à l'Université pontificale grégorienne.

Avec la création de cette commission, l'affaire passe de la juridiction de l'évêque local, aujourd'hui Mgr Ratko Peric, sous celle de la congrégation romaine.

Les phénomènes de Medjugorje remontent à 1981, lorsque six jeunes ont dit voir la Vierge Marie et recevoir d'elle des « messages » dans cette petite ville du diocèse de Mostar-Duvno. Depuis, des millions de personnes se sont rendues à Medjugorje.

Mais en avril 1991, la conférence des évêques avait conclu qu'ils ne constataient pas dans ces événements de phénomène « surnaturel » [ ]. Ils avaient demandé que l'on n'organise pas de pèlerinages officiels, tout en recommandant aux prêtres d'accompagner les pèlerinages privés pour permettre aux pèlerins de bénéficier des sacrements.

La possible mise en place d'une commission avait été évoquée par le cardinal Vinko Puljićc, archevêque de Sarajevo, président de la conférence des évêques de Bosnie.

Elle avait été confirmée dans une interview accordée à l'agence catholique autrichienne « Kathpress » par le cardinal Christoph Schönborn le 22 janvier dernier - à l'occasion de ses 65 ans : l'archevêque disait avoir fait part à « Rome » de ses « impressions » après son voyage privé à Medjugorje, le 31 décembre 2009. Le président de la conférence des évêques d'Autriche a en effet été reçu par le pape le 15 janvier dernier.

Le cardinal Ruini a été pour trois mandats le président de la conférence épiscopale italienne, nommé par le pape Jean-Paul II puis par le pape Benoît XVI.

Anita S. Bourdin