Condamnation de l'attaque du consulat des Etats-Unis à Benghazi

Nouvelle déclaration du Saint-Siège

| 1197 clics

A. Bourdin

ROME, jeudi 13 septembre 2012 (ZENIT.org) –  Le Saint-Siège condamne l’attaque du consulat des Etats-Unis à Benghazi, en Lybie, au cours de laquelle l’ambassadeur, M. Christopher Stevens, et trois autres fonctionnaires ont été tués, au soir du 11 septembre.

C’est ce qu’exprime un communiqué de ce 13 septembre. Hier, 12 septembre, le Saint-Siège a appelé fermement au respect des religions, leurs livres, leurs symboles, les personnes, le documentaire d’un Américain sur le prophète Mahomet diffusé sur Internet ayant suscité un mouvement de protestation dans des pays à majorité musulmane (cf. Zenit, 12 septembre 2012).

« Le très grave attentat organisé contre la représentation diplomatique des Etats-Unis en Lybie, avec le meurtre de l’ambassadeur lui-même et d’autres fonctionnaires, mérite, la plus ferme condamnation de la part du Saint-Siège », déclare le P. Federico Lombardi, s. j., directeur de la salle de presse du Saint-Siège.

« Rien, ajoute-t-il, ne peut en effet justifier l’activité des organisations terroristes et la violence homicide ». 

Le Saint-Siège souhaite une mobilisation internationale pour trouver des solutions de paix  en disant, dans le même communiqué : « Avec la douleur, la participation et la prière pour les victimes, on renouvelle le souhait qu’en dépit de ce nouvel événement tragique la communauté internationale réussisse à trouver les voies les meilleures pour continuer son engagement pour favoriser la paix en Lybie, et dans tout le Moyen-Orient ».

Le 12 septembre, le Saint-Siège appelle au « respect profond » des « croyances, des textes, des grandes personnalités et des symboles des différentes religions », comme les « prémisses essentielles de la coexistence pacifique des peuples ».

« Les très graves conséquences des offenses injustifiées et des provocations contre la sensibilité des croyants musulmans sont encore une fois évidentes ces derniers jours, a déclaré le P. Lombardi, par les réactions qu’elles suscitent, y compris avec des résultats tragiques, qui, à leur tour, approfondissent les tensions et la haine, déchaînant une violence inacceptable ».

Des événements aux antipodes du message de paix du voyage du pape au Liban, souligne-t-il : « Le message de dialogue et de respect pour tous  les croyants des différentes religions que le Saint-Père s’apprête à apporter lors de son prochain voyage au Liban indique la voie que tous devraient prendre pour construire ensemble la coexistence commune des religions et des peuples dans la paix ».

Pour sa part, le vicaire apostolique de Tripoli, Mgr Giovanni Innocenzo Martinelli, appelle au respect des sensibilités religieuses, en disant dans les colonnes de l’agence vaticane Fides : « Ce qui s’est passé est terrible mais il faut éviter de heurter la sensibilité religieuse des personnes ».

« Il faut respecter, recommande-t-il, la sensibilité de la population musulmane. Les pays arabes sont déjà en proie à des bouleversements historiques. Jeter de l’huile sur le feu en se livrant à un outrage religieux est vraiment dangereux. Tout n’est pas bon ou saint mais il faut chercher à comprendre la réalité précise de ces pays avec leur sensibilité ».

Pour sa part, Mme Hillary Clinton, secrétaire d'Etat des Etats-Unis, a déclaré qu'un tel film n'avait rien à voir avec les Etats-Unis, en ces termes, dans uen rencontre avec une délégation de responsables marocains: "Le gouvernement des Etats-Unis n'a strictement rien à voir avec cette vidéo. Nous en rejetons absolument le contenu et le message".

"Pour nous, pour moi, a-t-elle ajouté, cette vidéo est écœurante et répréhensible. Elle semble visier un but profondément cynique : dénigrer une grande religion et provoquer de la fureur".