Condoléances de Benoît XVI après la mort de sept cyclistes italiens

Un drame qui bouleverse l’Italie

| 1604 clics

ROME, Mardi 7 décembre 2010 (ZENIT.org) - Benoît XVI exprime ses condoléances après la mort de sept cyclistes fauchés par une voiture à Lamezia Terme - dans la province italienne de Catanzaro, en Calabre - dimanche dernier, 5 décembre. Un drame qui bouleverse l'Italie.

Le pape a fait parvenir un télégramme où il assure de sa « proximité spirituelle » les familles et toute la communauté de la ville, « fortement éprouvées par la perte de leurs parents et il confie les âmes de ces frères défunts à l'intercession maternelle de la bienheureuse Vierge Marie » et il leur accorde « de tout cœur le réconfort de sa bénédiction apostolique ».

Le télégramme de Benoît XVI a été lu mardi matin durant les funérailles présidées par l'évêque de Lamezia Terme, Mgr Luigi Antonio Cantafora, en présence de milliers de personnes, dans le stade D'Ippolito.

En effet, l'accident a fait la une des journaux télévisés de dimanche : un jeune homme de 21 ans, sous l'emprise du cannabis, et auquel le permis de conduire avait été enlevé il y a 7 mois pour dépassement dangereux, a fauché, au volant d'une mercedes, une dizaine de cyclistes, sept - âgés de 18 à 58 ans - sont morts sur le coup. Quatre sont hospitalisés, dont un dans un état très grave, le quatrième étant le neveu du chauffard, âgé de 8 ans, mais souffrant de blessures légères. Le pirate de la route, lui-même blessé, a été arrêté.

Dans son homélie, l'évêque a souligné que c'est seulement « à la lumière de Jésus Christ, le Crucifié ressuscité, que nous pouvons comprendre aussi les événements qui touchent les personnes qui ont souffert, comme Job ».

« En Job, a-t-il précisé, on peut voir le visage de tout homme de bonne volonté, qui a le sens de la vie et le sens de Dieu », mais « c'est Job justement qui est atteint par les catastrophes immenses qui s'abattent sur lui et sur sa famille ».

« Il est éprouvé en tout, a ajouté Mgr Cantafora. C'est le drame qui enveloppe notre réalité. L'épreuve existe, pour tous, même pour les meilleurs, et pour les innocents ».

Tous les prêtres du diocèse étaient invités à concélébrer avec leur évêque, en signe de solidarité avec les familles en deuil.

Pour sa part le sous-secrétaire italien de la présidence du Conseil, Carlo Giovanardi, délégué aux politiques anti-drogue a déclaré : « Après le tragique épisode de Lamezia Terme on peut espérer que personne ne donnera plus la parole aux imbéciles qui ne cessent de parler d'une différence entre drogues légères et drogues dures ».

Anita S. Bourdin