Conférence de l'Union catholique africaine de la presse

Mieux communiquer pour construire la paix, par le P. Yaméogo

| 1157 clics

Traduction d'Hélène Ginabat

ROME, lundi 30 juillet 2012 (ZENIT.org) – « Le rôle des médias dans la construction de la paix, la résolution des conflits et la bonne gouvernance en Afrique », tel est le titre de l’intervention qu’a faite le P. Janvier Marie Gustave Yaméogo, prêtre du Burkina-Faso, official au Conseil pontifical pour les communications sociales, du Vatican, à la conférence organisée au Kenya par l'Union catholique africaine de la presse (UCAP), du 23 au 26 juillet 2012.

Intervention du P. Janvier Yaméogo:

« Le premier aréopage des temps modernes est le monde de la communication, qui donne une unité à l'humanité en faisant d'elle, comme on dit, «un grand village». Les médias ont pris une telle importance qu'ils sont, pour beaucoup de gens, le moyen principal d'information et de formation; ils guident et inspirent les comportements individuels, familiaux et sociaux. Ce sont surtout les nouvelles générations qui grandissent dans un monde conditionné par les médias » [1]

C’est bien connu, la communication joue un rôle majeur dans l'élaboration non seulement du goût du public, mais aussi des efforts individuels et sociaux. Les évêques africains, qui avaient été conseillés sur ces préoccupations d'ordre éthique, ont noté au cours du synode 1994 que le continent africain pourrait faire l'objet d'un changement culturel, sans le savoir et sans le vouloir.

Même si les questions de responsabilité morale ne font pas toujours vendre les journaux, nous sommes préoccupés par les conséquences dangereuses pour le bien commun et nous ne pouvons pas laisser nos peuples être induits en erreur. En effet, en tant que journalistes et communicants catholiques, nous avons la responsabilité particulière de lire les signes de notre temps et de tenir notre rôle prophétique de baptisés, même au risque de nous tromper parfois. La presse a aussi un rôle de "chien de garde" pour nos collectivités. Sur la question écologique, par exemple, nous pouvons préconiser le développement de modes de vie plus simples, nous pouvons pousser à nous éduquer nous-mêmes à une plus grande pratique de la justice, de la paix et du respect pour l'ensemble de la création de Dieu et nous pouvons aussi nous engager plus profondément dans le développement durable .. . Nous montrons notre respect pour notre Créateur par le soin que nous prenons de sa création.

En janvier dernier, dans son discours annuel aux ambassadeurs accrédités près le Saint-Siège, le Pape Benoît XVI a souligné le fait que le changement climatique est particulièrement critique pour le continent africain, où la bataille pour les ressources et la désertification croissante ont conduit à des conflits armés. En choisissant le thème « Eduquer les jeunes à la justice et à la paix » pour le Message de la Journée mondiale de la paix [2], le Saint-Père a souligné combien « L’éducation est un thème crucial pour toutes les générations, puisque d’elle dépend aussi bien le sain développement de chaque personne que l’avenir de toute la société ». Le respect de la création a également été au cœur du Message de la Journée mondiale de la paix 2010 : « Si tu veux construire la paix, protège la création » [3]. « Un engagement pour la paix, la justice, les droits de l'homme et la promotion humaine est aussi un témoignage rendu à l'Evangile quand il est un signe de préoccupation pour les personnes et qu’il est dirigé vers le développement intégral de l’homme » [4].

Les réseaux sociaux « donnent naissance à une nouvelle façon d'apprendre et de penser, avec de nouvelles opportunités inédites d'établir des relations et de construire la communion » [5]. Le pape Benoît XVI « invite les chrétiens à s'unir avec confiance et avec une créativité consciente et responsable dans le réseau de relations que l'ère numérique a rendu possible ». Le développement des médias sociaux offre indéniablement aux médias traditionnels africains une occasion de permettre aux citoyens d'apporter un changement social. Les journalistes catholiques africains peuvent améliorer la qualité du contenu et la pertinence de l'information en mettant à profit les points forts des nouvelles technologies des médias avec la sagesse et les valeurs traditionnelles africaines.

« Le temps est venu où le silence est une trahison », avait proclamé Martin Luther King. Nous allons considérer la liberté de la presse comme une liberté de rêver un avenir meilleur pour nos communautés et nos peuples, même lorsque les nouvelles semblent si dures ...!

C'est certainement un grand moment de joie avec des possibilités passionnantes même si nous regrettons que l’UCIP n’existe plus (cf. Zenit du 18 juillet 2011). Ce carrefour est une occasion de partager nos expériences et d’apprendre davantage, afin de planifier une meilleure collaboration à l'échelle continentale de nos efforts communs pour la justice, la paix et la résolution des conflits ... cette réunion pourrait être l’occasion d’une meilleure compréhension de nous-mêmes, pour chercher de nouveaux moyens afin de faire face à la réalité actuelle ... Qui sommes-nous? Quels sont nos aspirations, nos espoirs et nos rêves?

Nous pouvons recourir aux récits et aux reportages pour réaliser notre rêve de parvenir à une vie meilleure pour tous. Quelle noble mission cela représente aujourd'hui pour un journaliste catholique dans le contexte de nos pays et du continent africain tout entier, dans le scénario plus large du "village planétaire" ! Avec la grâce de notre Seigneur et l’aide du Saint Esprit, nous serons en mesure d'imaginer un monde plus équitable pour aujourd'hui, en confrontant la vie publique et individuelle aux valeurs évangéliques. Chaque chrétien est concerné : sa mission consiste à jouer le rôle déterminant qui lui incombe de bâtir une société juste dont l'objectif principal est le bien de tous les citoyens. Nous, journalistes catholiques africains, nous devrions prendre davantage conscience de notre appel prophétique à être des instruments de l'amour de Dieu, de la paix et de la réconciliation, et réveiller nos capacités professionnelles et notre solidarité pour atteindre ces objectifs.

Par cet engagement, nous serons fidèles à nos promesses baptismales pour notre salut et pour la gloire de Dieu notre Seigneur... Le Conseil pontifical pour les communications sociales (PCSC) adresse ses félicitations et exprime son respect et sa gratitude à tous ceux qui assument les principes catholiques dans leur engagement professionnel quotidien. Le PCSC offre tous ses encouragements à l'UCAP (Union des journalistes catholiques en Afrique - Union Catholique Africaine de la Presse).

Nous sommes pleins d'espoir et de rêves, et aussi conscients de nos responsabilités... Que Dieu Tout-Puissant nous aide à faire de ce carrefour une expérience merveilleuse qui nous permette d'atteindre nos objectifs! Chers frères et sœurs, il est urgent de nous engager ensemble encore plus profondément dans cette mission. « Que ton Règne vienne, sur la terre comme au ciel ». Que Dieu vous bénisse !

[1] Jean-Paul II, Encycl. Redemptoris missio, n. 37
[2] Benoît XVI, Discours pour la présentation des vœux du corps diplomatique accrédité près le Saint-Siège, 9 janvier 2012
[3] Benoît XVI, Message pour la Journée mondiale de la paix, 1er janvier 2010
[4] Paul VI, Encycl. Populorum Progressio (26 mars 1967), 21.
[5] Benoît XVI, Message pour la 45e Journée mondiale de la communication, 5 juin 2011.