Conseil pour l'économie: nomination des 15 membres

Première réunion prévue en mai prochain

Rome, (Zenit.org) Rédaction | 627 clics

Les 15 membres du nouveau Conseil pour l'économie du Vatican ont été nommé ce samedi 8 mars. Le cardinal Marx (Munich) fait partir du "C 8" qui aide le pape dans sa réforme de la constitution de Jean-Paul II "Pastor Bonus", et deux membres sont français: le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux-Bazas et Jean-Baptiste de Franssu, PDG de "INCIPIT". Ces membres de pays et continents différents représentent l'universalité de l'Eglise, commente le P. Federico Lombardi.

Il précise que six cardinaux (Cipriani Thorne, Napier,  Ricard, Rivera Carrera, Tong Hon, Vallini) faisaient déjà partie du "Conseil des quinze", chargé de l’étude des problèmes d’organisation et économiques du Saint-Siège, qui a achevé sa mission et a cessé d'exister.

Le Conseil est déjà "opérationnel", indique le Vatican et sa première réunion devrait se tenir en mai prochain.

Les 8 cardinaux membres sont de huit pays différents:

Reinhard Marx, archevêque de Munich et Freising (Allemagne, coordinateur)

Juan Luis Cipriani Thorne, archevêque de Lima (Pérou)
Daniel N. DiNardo, archevêque de Galveston-Houston (Etats-Unis)
Wilfrid Fox Napier, archevêque de Durban (Afrique du Sud)
Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux (France)
Norberto Rivera Carrera, archevêque de Mexico (Mexique)
John Tong Hon, évêque de Hong Kong (Chine)
Agostino Vallini, vicaire général du pape pour le diocèse de Rome (Italie)

Les 7 experts laïcs sont de sept pays différents:

Joseph F.X. Zahra, économiste (Malte, vice-coordinateur)
Jean-Baptiste de Franssu, PDG de INCIPIT (France)
John Kyle, ancien vice-président et trésorier de Imperial Oil Limited (Canada, Etats-Unis) 
Enrique Llano Cueto, économiste (Espagne)
Jochen Messemer, ancien consultant de McKinsey&Company (Allemagne)
Francesco Vermiglio, professeur de gestion commerciale, Université de Messine (Italie)
George Yeo, PDG de Kerry Logistics Network (Singapour)

Ces nominations surviennent dans le sillage du motu proprio du pape François « Fidelis dispensator et prudens », du 24 février dernier, par lequel le pape a créé le Secrétariat pour l'économie.

"L’institution du Conseil pour l’Economie est une étape fondamentale vers le renforcement des structures gestionnaires du Saint-Siège dans le but d’améliorer la coordination et le contrôle des questions économiques et administratives", explique le communiqué du Saint-Siège.

Il précise que "les relations entre le Conseil et le Secrétariat pour l’économie seront définies par les statuts définitifs qui seront soumis à l’approbation du Saint-Père".

Il affirme que "le Conseil ne sera pas un simple organisme consultatif du Secrétariat" car il aura pour tâche de "surveiller la gestion économique et de veiller sur les structures et sur les activités administratives et financières des dicastères de la curie romaine, des institutions liées au Saint-Siège, et à l’État de la Cité du Vatican".