Construire des ponts pour une paix juste en Terre Sainte

Fin de la visite des évêques d’Europe et d’Amérique du nord à Jérusalem

| 1600 clics

ROME, Vendredi 14 janvier 2011 (ZENIT.org) - « Prier, organiser des pèlerinages et aider à rechercher une solution juste » : c'est que souhaite la Coordination des Conférences épiscopales en faveur de l'Eglise de Terre Sainte et les évêques catholiques de Terre Sainte, qui viennent d'achever leur rencontre à Jérusalem après quatre jours de discussions centrées sur la « communion et le témoignage ».

Dans leur communiqué final, les évêques et représentants des conférences épiscopales et organismes ecclésiaux d'Europe et d'Amérique du Nord en Terre Sainte (Israël et Territoires palestiniens), rappellent qu'ils se sont réunis pour la onzième fois en Terre Sainte pour « montrer, partager et échanger » leurs expériences, et pour exprimer « l'amour et la solidarité » des catholiques de leurs pays pour « la terre de notre Sauveur, pour les Lieux Saints et, en particulier, pour les personnes qui forment la communauté des croyants sur place» .

La rencontre, précise le communiqué, était surtout axée sur « la rencontre avec toutes les confessions chrétiennes » car, la vocation du chrétien étant « de construire des ponts », l'espérance commune est « de rassembler tous les chrétiens dans la recherche d'une paix juste pour tous sur cette terre ».

Les participants reconnaissent l'importance pour eux de cette visite et disent repartir encore plus déterminés à « prier » avec et pour leurs « frères évêques, la communauté chrétienne et tous les habitants de Terre Sainte ».

Ils souhaitent que tous prient pour « une paix juste et pour les pas nécessaires a effectuer dans la défense de la vie, de la dignité, des droits et de la liberté religieuse dans tout le Moyen-Orient » et encouragent aussi l'organisation de  pèlerinages et visites sur la terre où « Jésus a marché et des peuples continuent à vivre leur foi ».

« Nous sommes du côté de ceux qui s'attèlent, désespérément, à chercher des solutions pour que, là où nous voyons tant de peur et de découragement, haine et destruction, puisse grandir un climat de justice et de paix », poursuit le texte.

Malgré « certaines améliorations » dans l'octroi des visas, les évêques se disent encore une fois douloureusement conscients du sentiment de frustration qu'éprouvent le clergé et les religieux catholiques à ne pas pouvoir exercer normalement leurs tâches quotidiennes en raison des restrictions qui limitent leurs mouvements .

Les signataires du communiqué appellent également à « une conclusion des longues négociations entre le Saint-Siège et l'Etat d'Israël ».

Ils s'engagent également à « continuer à œuvrer pour une paix durable en soutenant une authentique solution à deux Etats, impliquant sécurité et reconnaissance pour l'Etat et le peuple d'Israël et un Etat réalisable et indépendant pour les palestiniens ». Ils invitent à « œuvrer pour un avenir où la vie, la dignité et les droits des palestiniens comme des israéliens, seront protégés et respectés ».

A ce propos, les participants soulignent le rôle important que les leaders religieux peuvent jouer, avec « courage et responsabilité », pour changer les mentalités actuelles, apprenant aux individus sur place, surtout les jeunes, à « grandir dans le respect des droits et de la dignité de chaque individu créé par Dieu, indépendamment de son credo, de sa culture ou de sa nationalité ».

Aux autorités des différentes régions de Terre Sainte, ils demandent « d'unir leurs volontés et de trouver la manière d'entreprendre des pas courageux pour la justice et la paix », rappelant que ces derniers ont « des responsabilités inéluctables dans la sauvegarde de la paix et la défense des droits du croyant et de toutes les personnes » sur leurs territoires.

Au cours de la messe, clôturant officiellement les travaux de la rencontre entre la Coordination des Conférences épiscopales en faveur de l'Eglise de Terre Sainte et les évêques catholiques de Terre Sainte, célébrée jeudi dans l'Eglise du Saint-Sépulcre, le patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal a souhaité aux participants « de trouver le courage de parler autour d'eux de tout ce qu'ils ont vus, entendu et touché durant leur visite », et de faire en sorte que leur voyage « ne reste pas une rencontre occasionnelle ou un interlude intéressant et touchant », mais une inspiration pour leurs prédications et la vie des fidèles dans leurs communautés et diocèses.