Contempler le Christ crucifié pour surmonter les difficultés en famille

Chemin de Croix 2012 au Colisée

| 1769 clics

Anita Bourdin

ROME, vendredi 6 avril 2012 (ZENIT.org) – « Le Chemin de Croix que nous avons spirituellement parcouru à nouveau ce soir, est une invitation pour nous tous, et spécialement pour les familles, à contempler le Christ crucifié pour avoir la force de surmonter les difficultés », a fait observer le pape Benoît XVI au terme du Chemin de Croix au Colisée, ce Vendredi Saint, 6 avril.

Les méditations de ce Chemin de Croix avaient été confiées par le pape à un couple du Mouvement des Focolari, Danilo et Anna Maria Zanzucchi, fondateurs du mouvement des "Familles nouvelles". Il a été transmis en direct en mondovision, à 21 h 15. Un Chemin de Croix spécialement centré sur la famille, et dans la spiritualité de la fondatrice des Focolari, Chiara Lubich.

La vie et l’histoire de l’homme transformées

Le chemin de la Croix  semblait un « chemin sans issue », mais il a « au contraire changé la vie et l’histoire de l’homme, a ouvert le passage vers les « cieux nouveaux et la terre nouvelle ». »

« L’expérience de la souffrance marque l’humanité, marque aussi la famille (…). En notre temps, ensuite, la situation de nombreuses familles est aggravée par la précarité du travail et par les autres conséquences négatives provoquées par la crise économique. Le Chemin de Croix que nous avons spirituellement parcouru à nouveau ce soir, est une invitation pour nous tous, et spécialement pour les familles, à contempler le Christ crucifié pour avoir la force de surmonter les difficultés », a fait observer le pape.

Et d’ajouter : « La Croix de Jésus est le signe suprême de l’amour de Dieu pour chaque homme, c’est la réponse surabondante au besoin qu’a chaque personne d’être aimée. Quand nous sommes dans l’épreuve, quand nos familles doivent affronter la souffrance, la détresse, regardons vers la Croix du Christ : là nous trouvons le courage pour continuer à marcher ».

La famille n’est pas seule

Benoît XVI a assuré les familles de la présence du Christ à leurs côtés : « Dans les malheurs et dans les difficultés nous ne sommes pas seuls ; la famille n’est pas seule : Jésus est présent avec son amour, il la soutient de sa grâce et lui donne l’énergie pour aller de l’avant, pour affronter les sacrifices et pour surmonter les obstacles. Et c’est à cet amour du Christ que nous devons nous adresser quand les déviations humaines et les difficultés risquent de blesser l’unité de notre vie et de la famille ».

Et il a invité à la confiance dans la prière de la Vierge Marie : « Confions-nous à la Mère du Christ. Elle qui a accompagné son Fils sur le chemin douloureux, elle qui était au pied de la Croix à l’heure de sa mort, elle qui a encouragé l’Église à sa naissance pour qu’elle vive en présence du Seigneur, qu’elle conduise nos cœurs, les cœurs de toutes les familles à travers le vaste mysterium passionis vers le mysterium paschale, vers cette lumière qui déborde de la Résurrection du Christ et montre la victoire définitive de l’amour, de la joie, de la vie, sur le mal, sur la souffrance, sur la mort ».

Le don de la fidélité

Pendant le Chemin de Croix, les flambeaux entourant la croix ont été portés par des jeunes du diocèse de Rome. La croix a été portée par le cardinal vicaire du pape pour Rome, le cardinal Agostino Vallini, par deux Franciscains de la Custodie de Terre Sainte, et par des familles d’Italie, d’Irlande, d’Afrique, et d’Amérique latine.

Danilo et Anna Maria Zanzucchi ont prié pour la fidélité des époux, à la 7e station, où Jésus tombe pour la deuxième fois : «  Nous avons parfois du mal à maintenir
 l’engagement pris dans notre fidélité d’époux.
Nous n’avons plus la fraîcheur et l’élan d’un temps.
Tout est répétitif, chaque acte semble pesant,
Nous avons envie de fuir. Néanmoins nous nous efforçons de nous relever, Jésus,
sans céder à la plus grande de toutes les tentations :
celle de ne plus croire que ton amour peut tout. »

Le pardon, loi de l’amour

A la 9e station, où Jésus tombe pour la troisième fois, ils évoquent les persécutions : « Il est certain que, dans le monde entier, beaucoup de nos frères
supportent de dures épreuves parce qu’ils te suivent, Jésus.
Ils montent avec toi vers le Calvaire
et, avec toi, ils tombent même
sous les persécutions qui, depuis deux mille ans,
sont infligées à ton Corps qu’est l’Église. En ayant à cœur ces frères, nous voulons offrir notre vie, nos fragilités, notre misère, nos petites et grandes souffrances quotidiennes. Le bien-être nous anesthésie souvent et nous vivons sans nous engager de toutes nos forces à nous relever et à relever l’humanité. Cependant nous pouvons nous relever, parce que Jésus a trouvé la force de se relever et de reprendre son chemin. »

A la 11e station, où Jésus est cloué sur la croix, ils lisent la « loi de l’amour » vécue par les familles qui pardonnent : « C’est la loi de l’amour qui porte à donner sa propre vie pour le bien de l’autre. Ces mères qui ont aussi affronté la mort pour donner la vie à leur fils le confirment. Ou encore ces parents qui ont perdu un fils à la guerre ou dans des actes de terrorisme et qui choisissent de ne pas se venger. »

Les images du livret de ce Chemin de Croix 2012 au Colisée représente celui réalisé parBenedetto Pietrogrande, en 2009 pour la chapelle du Centre du Mouvement des Focolari, près de Rome, à Rocca di Papa.