Continuer à prier pour l'unité des chrétiens

Editorial du P. Federico Lombardi SJ

Rome, (Zenit.org) Océane Le Gall | 980 clics

L’œcuménisme « spirituel » constitue le cœur de toutes les autres initiatives œcuméniques, réaffirme le P. Federico Lombardi, dans sa nouvelle chronique de la semaine, car « il leur donne du sens et les alimente ». 

C’est en effet en rendez-vous annuel de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, clôturée par Benoît XVI vendredi soir (cf. Zenit 25 janvier 2013)  que le porte-parole du Saint-Siège et directeur de Radio Vatican, a consacré sa réflexion pour Octava Dies, le programme transmis toutes les semaines par le Centre de Télévision du Vatican (CTV). 

Ce rendez-vous a-t-il dit «  est le moment fort de cet œcuménisme dit ‘spirituel ‘ qui donne du sens et alimente toutes les autres initiatives œcuméniques,  qu’il s’agisse de dialogue théologique ou culturel, de l’engagement caritatif et social ... Toutes nécessaires et précieuse, mais uniquement à partir d’une âme plus profonde qui les inspire et les relie directement à la grande prière de Jésus pour l’union de ceux qui croiront en Lui ».


Selon le père Lombardi, l’image la plus significative de cet œcuménisme spirituel est la Veillée de prière des jeunes de Taizé à Rome,  le 29 décembre dernier, à l’occasion de leur 35ème rencontre européenne.

L’image de dizaines de milliers de jeunes rassemblés autour du pape sur la place Saint-Pierre, plongés dans un « silence intense extraordinaire » entre une « écoute de la Parole de Dieu et un chant méditatif ».

« Qui se préoccupait ce soir-là de savoir à quelle confession appartenait chacun de ces jeunes ?  Ils appartenaient tous à l’Esprit donné par le Christ et ils marchaient ensemble vers le Christ pour entreprendre, comme disait Frère Roger, « un pèlerinage de confiance sur la terre », commente alors le père Lombardi.

Dans le cœur de Frère Roger, avait rappelé le pape à cette occasion,  « brûlait le feu d'un œcuménisme de sainteté ». Il appelait tous ceux qui passaient par Taizé à « devenir des chercheurs de communion ».

 «  Ecouter de l'intérieur son œcuménisme vécu spirituellement » et «  se laisser conduire vers « un œcuménisme vraiment intériorisé et spiritualisé » :   « Voici comment le pape avait évoqué l’origine du don de grâce qui, ce soir-là, a rappelé le père Lombardi, s’est manifesté de manière si convaincante et impressionnante, inondant de lumière et de la présence palpable de l’Esprit l’immense place ».

« Continuons à prier », a alors conclu le porte-parole du Saint-Siège, et à « espérer l’unité ».