Corée du nord : une délégation humanitaire

Vingt personnes "sur les traces du pape François"

Rome, (Zenit.org) | 573 clics

Une délégation de la fondation Eugene Bell revient de Corée du nord, où elle était en mission humanitaire : « nous avons cherché à être des ponts pour la paix, sur les traces du pape François et des évêques sud-coréens », témoigne le P. Hammond, aumônier du groupe.

Le P. Gerard Hammond, missionnaire Maryknoll en Corée depuis des décennies témoigne auprès de l’agence missionnaire italienne Asianews, à son retour d’une mission humanitaire dans le Nord. Le groupe, composé de vingt personnes, est arrivé à Pyongyang en passant par Pékin, le 18 avril dernier. Il est rentré le 4 mai, après un long tour dans la province de Phyongan.

Le pays compte environ 22 millions d’habitants, dont la moitié vivent au-dessous du seuil de pauvreté.

« Personne ne veut la guerre et nous avons cherché à être des ponts pour la paix, sur les traces du pape François et des évêques sud-coréens », témoigne-t-il : « dans cette situation très particulière, il est très important pour nous de nous faire les relais des appels du pape François pour la paix dans la péninsule coréenne. Comme l’ont dit à plusieurs reprises les évêques de Corée du Sud, la réconciliation entre les deux pays passe par le dialogue et l’honnêteté : nous faisons, et nous ferons, tout pour être les premiers messagers de cette conviction. »

D’ailleurs, « les fonctionnaires du Nord ont accueilli avec une véritable joie la délégation de la fondation Eugene Bell, qui comprend quatre prêtres catholiques », affirme le missionnaire : « Nous avons été très bien reçus, nos hôtes ont exprimé, en paroles et en gestes, la joie que leur procurait notre visite. Nous avons apporté surtout du matériel et des médicaments contre la tuberculose, qui est une véritable urgence sanitaire pour la Corée du Nord », ajoute-t-il.

La tuberculose, explique le P. Hammond, « se propage dans l’air et atteint toutes les personnes qui souffrent de malnutrition ou d’un état de faiblesse organique générale. Nous essayons de faire notre possible pour stopper la contagion et sur ce plan, notre apport est vraiment proactif. Nous avons demandé de pouvoir revenir dans le pays en octobre prochain et nous espérons obtenir le permis. »

La fondation Eugene Bell a une longue histoire d’aide à la Corée du Nord : créée en 1995 sur la volonté de Stephen Linton, elle comprend une « délégation » qui va visiter certaines zones de Corée du nord deux fois par an. Le P. Hammond, supérieur Maryknoll en Corée depuis 18 ans, et citoyen de Corée du sud depuis cette année, a plus de 30 voyages humanitaires à son actif. La délégation de la Fondation est reconnue officiellement comme « organisation non gouvernementale » par le gouvernement de Pyongyang. Elle compte cinq ou six membres permanents, parmi lesquels deux prêtres catholiques : le P. Hammond et un prêtre des Missions étrangères de Paris (Mep).

Chaque permanence dans le pays dure entre dix jours et deux semaines. À Pyongyang, les membres logent à la résidence officielle, étant des hôtes du gouvernement, mais ils passent la plus grande partie de leur temps en dehors de la capitale. 

Traduction de Zenit, Hélène Ginabat