Corée/nucléaire : Ne pas compromettre les négociations, demande le pape

Lettre de Benoît XVI au président coréen

| 1095 clics

ROME, Jeudi 15 février 2007 (ZENIT.org) – Evoquant la menace nucléaire, Benoît XVI invite les gouvernants de Corée à « ne pas compromettre les négociations » par tel ou tel geste ou telle ou telle intiative.



Au cours de l’audience accordée ce matin au Vatican au président de la République de Corée du Sud, le pape Benoît XVI a remis une lettre en anglais au chef d’Etat, M. Roh Moo-hyun.

« Le risque d’une menace nucléaire dans la région est une source supplémentaire de préoccupation pour le Saint-Siège », écrit le pape.

C’est pourquoi il lance cet appel : « Je presse toutes les parties intéressées à faire tous leurs efforts pour résoudre les tensions actuelles par des moyens pacifiques et à s’abstenir de gestes ou d’initiatives qui pourrait mettre en danger les négociations », et ceci tout en « assurant que la partie la plus vulnérable de la Corée du Nord ait accès à l’aide humanitaire ».

Remerciant le président de sa visite, le pape a dit espérer qu’elle serve à fortifier les bonnes relations existant entre son pays et le Saint-Siège.

« Je voudrais vous demander de communiquer mes vœux affectueux au peuple de Corée, disait le pape, et je les assure de ma prière pour le pays et la stabilité dans la péninsule coréenne et dans toute la région », écrit le pape.

« Pendant 50 ans, rappelle le pape, le peuple Coréen a souffert des conséquences des divisions. Des familles ont éclaté, des parents proches ont été séparés les uns des autres ».

« Je vous prie de leur faire savoir que je suis spirituellement proches d’eux dans leur souffrance. Pour des raisons de compassion, je prie pour une solution au problème qui empêche de si nombreuses personnes de communiquer », écrit le pape.

Benoît XVI exprime aussi sa préoccupation pour la défense de la vie humaine en écrivant : « Hélas, le monde moderne est marqué par un nombre croissant de menaces contre la dignité de la vie humaine. Je voudrais donc recommander à ceux qui travaillent dans votre pays de protéger et défendre le caractère sacré de la vie, du mariage et de la famille, des domaines dans lesquels, vous le savez, l’Eglise catholique de Corée est particulièrement active ».

Mentionnant la « croissance économique remarquable » que le pays a connue ces derniers temps, le pape rendait grâces à Dieu tout en faisant observer que « tous les citoyens n’ont la possibilité de bénéficier de cette prospérité croissante ». C’est pourquoi le pape invitait le gouvernement à « travailler en harmonie avec ceux qui cherchent à promouvoir le bien commun et la justice sociale ».

Le pape concluait en évoquant les martyrs de Corée, dont saint André Kim Taegon, confiant à leur protection « les citoyens de cette bien-aimée Nation » et en assurant le président « de sa prière et de ses vœux pour le peuple de Corée ».