Coup d'envoi de la "Clericus Cup" le 8 mars

Football au Vatican: "Mon capitaine c'est le pape François"

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 458 clics

La « Clericus Cup », championnat international de football pour séminaristes et prêtres, en est désormais à sa 8ème édition. Le coup d’envoi sera donné le 8 mars 2014, sur les terrains de l’Oratoire pontifical Saint-Pierre, à Rome.

Dès samedi prochain, plus de 350 joueurs de divers séminaires, représentant une soixantaine de nations, se disputeront la Coupe. La finale aura lieu le 24 mai.

L’évènement est organisé par le Centre sportif italien (CSI), en collaboration avec le Bureau de la conférence épiscopale italienne pour la pastorale du sport, et le Conseil pontifical pour la culture.

Cette année, les seize équipes participant au tournoi de la Clericus Cup arboreront un « credo » commun sur leur maillot : différentes couleurs, mais une seule devise, « Mon capitaine c'est le pape François ».

Le P. Alessio Albertini, consultant ecclésiastique du CSI, explique le sens de ce slogan : « Le devoir d’un capitaine est d’entraîner l’équipe, d’être un point de référence dans les moments plus difficiles, de donner du courage aux joueurs découragés, d’être un homme symbole… qui mieux que le pape François incarne aujourd’hui cette figure sur un terrain grand comme le monde ? Nous voulons nous aussi accueillir son invitation à aller sur le terrain pour “jouer un match honnête et courageux”, au côté de notre capitaine, vrai expert en football, mais surtout en humanité. »

En outre, il ne s’agit pas « d’un simple slogan » mais c’est aussi « une invitation à participer à la grande rencontre pour toutes les sociétés sportives avec le pape François, le 7 juin, place Saint-Pierre ».

En effet, le CSI fêtant les 70 ans de sa création cette année, il se joindra à une rencontre festive avec le pape François, avec tous les athlètes du Centre sportif, ceux de la Clericus Cup et les sportifs italiens, le samedi 7 juin.

Pour le cardinal Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical pour la culture, « il est important de retrouver les liens qui ont traditionnellement lié le sport aux instituts de formation sacerdotale et de retrouver la dimension profondément éducative du sport, comme instrument de connaissance de soi, d’ouverture à l’autre, et comme lieu de la découverte de Dieu ».

Avec Océane Le Gall pour la traduction