Créer "une chaîne d'engagement pour la paix"

Le pape invite tous les hommes et femmes de bonne volonté

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 869 clics

Le pape François a adressé « une forte et pressante invitation » ce 1er septembre 2013 : « Qu’une chaîne d’engagement pour la paix unisse tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté ».

Ce dimanche matin en effet, le pape a livré un vibrant plaidoyer pour la paix, avec pour toile de fond le conflit syrien, devant des dizaines de milliers de visiteurs place Saint-Pierre, lors de l'angélus.

« Chers frères et sœurs, a-t-il déclaré, je voudrais me faire aujourd’hui l’interprète du cri qui monte de toutes les parties de la terre, de tous les peuples, du cœur de chacun, de l’unique grande famille qu’est l’humanité, avec une angoisse croissante : c’est le cri de la paix ! »

Il a formulé ainsi ce « cri de la paix » : « nous voulons un monde de paix, nous voulons être des hommes et des femmes de paix, nous voulons que dans notre société déchirée par les divisions et les conflits, explose la paix ; plus jamais la guerre ! Plus jamais la guerre ! »

Rappelant que la responsabilité de la paix incombe « à tous », il a invité « tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté » à « une chaîne d’engagement pour la paix ».

« Ce n’est pas la culture de l’affrontement, la culture du conflit qui construit la vie collective dans un peuple et entre les peuples, mais celle-ci : la culture de la rencontre, la culture du dialogue : c’est l’unique voie pour la paix », a insisté le pape.

Pour appuyer ses paroles, le pape a annoncé une initiative concrète : une « journée de jeûne et de prière pour la paix en Syrie, au Moyen-Orient, et dans le monde entier », le 7 septembre 2013.

Demandant à toutes les Églises particulières de s'unir à cet événement, il a proposé aux « frères chrétiens non catholiques, aux adeptes des autres religions, et aux hommes de bonne volonté » de s'y joindre également.

Comme il l'a fait régulièrement lors des angélus du mois d'août, il a également invité la foule à reprendre l'invocation suivante : « Marie, Reine de la paix, prie pour nous ! »