Crimée : "nous avons toujours vécu dans la concorde"

Le Conseil des Eglises de Crimée lance un appel pour la paix

Rome, (Zenit.org) Rédaction | 407 clics

Le Conseil des Eglises de Crimée lance un appel vibrant pour la paix et l’unité des peuples, afin d’apaiser les tensions dans la péninsule ukrainienne : « Pendant tant d’années, la Crimée a vécu dans la bonne entente entre les différentes confessions religieuses et nationalités… russes, tartares, ukrainiens, polonais, arméniens, tchèques et allemands… nous avons toujours vécu dans la concorde », souligne Mgr Pyl.

Le Conseil des Eglises de la république autonome de Crimée, dont le représentant catholique est Mgr Jacek Pyl, évêque auxiliaire du diocèse d’Odessa-Simferopol, a écrit une lettre à la population, sur fond de violentes tensions. Pour Mgr Bronislav Biernacki, évêque d’Odessa, l’Ukraine est au bord de la guerre, rapporte Radio Vatican.

« Pendant tant d’années, la Crimée a vécu en paix, dans la bonne entente entre les différentes confessions religieuses et nationalités. Un pays habité par des personnes d’origine russe, tartares de Crimée, ukrainiens, polonais, arméniens, tchèques et allemands. Et nous avons toujours vécu dans la concorde », explique Mgr Pyl à l’agence Sir de la Conférence épiscopale italienne.

D’ailleurs, rappelle-t-il, la devise inscrite sur l’emblème de la République de Crimée se traduit par « Fleurissement dans l’unité ».

« Aujourd’hui nous devons conserver cette paix entre nous. Nous avons tous un Père dans le Ciel et nous sommes tous les enfants d’un unique Dieu et donc frères entre nous. Le commandement de la charité est celui qui doit guider aujourd’hui notre peuple », ajoute-t-il.

L’évêque pense que « la paix pourrait être mise en danger par une intervention extérieure ». « L’Église ne prend pas des positions politiques, ne soutient aucun parti. Nous voulons seulement renvoyer au dialogue et réaffirmer que tout changement doit se faire pacifiquement, et que seul le dialogue et la prière peuvent résoudre les situations et non la violence et les affrontements. »

Dans une lettre à la population, Mgr Biernacki invite les fidèles catholiques à la prière et au jeûne afin qu’une « solution pacifique » soit trouvée aux problèmes du pays : « Nous nous adressons aux personnes de toutes les religions, opinions politiques et appartenance ethnique. Nous demandons, au nom de la solidarité avec l’héritage de nos pères qui ont fondé notre République autonome de Crimée, de rester à l’écart des extrémismes et de ne pas permettre, en ces moments difficiles, que la fraternité qui unit tous les peuples de Crimée soit brisée ». 

« Nous ne saurions permettre que notre appartenance ethnique, notre religion, nous divise juste maintenant. Nous sommes fils du même Dieu, l’unique Dieu, qui est notre Père commun », insiste-t-il.

Avec Océane Le Gall pour la traduction