Crise humanitaire en Syrie: la tragédie s'aggrave

Le pape stimule l'engagement des catholiques sur le terrain

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 714 clics

Une tragédie indicible "sans aucune considération de la dignité humaine": Cor Unum décrit en ces termes la situation de détresse des populations civiles dans le conflit syrien, au moment où le pape François encourage un nouvel élan pour les secourir.

Le Conseil pontifical Cor Unum a publié un communiqué au terme de la rencontre, les 4 et 5 juin, au siège de ce dicastère, à Rome, des 19 organismes catholiques engagés au service de la population syrienne dans la crise humanitaire actuelle : un engagement qui se chiffre jusqu'ici à 25 millions d'euro au service de quelque 400 000 réfugiés ou déplacés et sans-abri. 

Nous publions ci-dessous notre traduction de l'italien, rapide, de travail, d'un texte qui se passe de commentaire.

Communiqué de Cor Unum sur la crise syrienne

Le pape François a renouvelé son appel fort pour la paix en Syrie, où se déroule l'un des conflits armés les plus meurtriers, avec plus de victimes civiles par rapport aux militaires, avec un grand nombre de déplacés et de réfugiés. Les violences et toute sorte d'abus ont atteint des niveaux indicibles, sans aucune considération de la dignité humaine.

Elle ont du poids, ces paroles du pape François lorsqu'il a reçu en audience les participants, manifestant sa proximité particulière aux communautés chrétiennes de la région et à toute la population: "Combien de souffrance devront-elles encore être infligées avant que l'on ne réussisse à trouver une solution politique à la crise? L'oeuvre des agences caritatives catholiques est extrêmement significative: aider la population syrienne, au-delà des appartenances ethniques ou religieuses, est la façon la plus directe pour offrir une contribution à la pacification et à l'édification d'une société ouverte à toutes ses différentes composantes."

1. Le Conseil pontifical Cor Unum a convoqué une réunion de coordination humanitaire sur la crise en Syrie, les 4-5 juin: environ 25 représentants des Eglises locales, des organismes caritatifs actifs sur le terrain, des donateurs institutionnels du monde catholique, du Saint-Siège, et le Nonce apostolique en Syrie, ont réaffirmé la continuité de leur engagement et ils ont renouvelé l'appel du Saint-Père afin que cessent toute violence et que s'ouvrent des parcours de dialogue et de réconciliation dans le respect de tous.

2. Les Eglises locales ont donné des réponses concrètes aux populations dès le début du conflit, depuis mars 2011 jusqu'à aujourd'hui, en Syrie et dans toute la région. Plus de 400 000 personnes sont aidées régulièrement, sans aucune discrimination, avec des aides humanitaires, dans les domaines sanitaire et social et éducatif, pour un montant global de plus de 25 millions d'euro. Les témoignages rapportés, fruits d'une expérience directe sur le terrain, en Syrie, au Liban, en Jordanie, en Turquie et dans d'autres pays, où les réfugiés continuent d'arriver, confirment l'ensemble du drame: quasi 7 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire, plus de 4,5 millions sont des déplacés de l'intérieur, et toujours davantage de personnes cherchent la sécurité en dehors des frontières du pays (Liban, Jordanie, Turquie et Irak ont déjà accueilli plus de deux millions de réfugiés syriens).

3. Une analyse plus attentive des besoins sur le terrain a mis en évidence qu'avec l'arrivée de l'été vont augmenter les risques d'épidémies, de manque de médicaments et d'aide à la population en difficulté, en particulier les femmes enceintes et les enfants, les personnes âgées ou handicapées. Le cadre global de la logistique, de la sécurité, de la protection humanitaire, reste alarmante, et elle s'aggravera si l'on ne trouve pas le moyen de garantir le respect du droit humanitaire en général, et, en particulier d'accès humanitaire sûr pour les aides, et surtout, si l'on n'arrive pas à une trève ou au moins à un cessez-le-feu.

4. Tout cela demandera un effort supplémentaire et toujours plus complexe de la part des organisations caritatives catholiques. C'est pourquoi le Conseil pontifical Cor Unum lance un appel, au nom de tous les organismes présents à la rencontre, à soutenir aussi financièrement les efforts d'assistance humanitaire et de recherche de la paix, en vue de la construction souhaitée d'un pays déchiré et détruit.

5. La communauté internationale doit offrir un plus grand soutien aux pays qui accueillent les réfugiés et aux opérations humanitaires, pour pouvoir répondre à leurs besoins croissants. L'engagement de médiation de la communauté internationale, même s'il est plus décidé qu'au cours des derniers mois, apparaît encore insuffisant. Les risques qu'une autre guerre sans fin soit générée en Syrie augmentent encore plus, avec comme premières victimes les civils sans défense, traités comme des cibles et souvent victimes directes et indirectes des violences continuelles, "un massacre inutile". 

Les organismes qui ont participé à la réunion sont: 10 Caritas (France, Syrie, Jordanie, Liban, Turquie, Moyen Orient et Nord Afrique - MONA -, Luxembourg, Autriche, Allemagne, et Caritas Internationalis), l'Aide à l'Eglise en Détresse internationale, la Fondation AVSI, la CAFOD, la Catholic Near East Welfare Association (CNEWA), les Catholic Relief Services, la Commission internationale catholique pour l'Immigration (ICMC), la Confédération internationale Saint-Vincent-de-Paul, le Service des Réfugiés des Jésuites, l'Ordre Souverain militaire de Malte.