Culture: "L´Europe, vers l´union, dans la pluralité des cultures"

Message de Jean-Paul II au cardinal Poupard

| 271 clics

CITE DU VATICAN, Mercredi 16 mai 2001(ZENIT.org) - "L´Europe, vers l´union politique et économique, dans la pluralité des cultures": un colloque international s´est ouvert hier sur ce thème à Bucarest. Jean-Paul II a adressé à cette occasion un message au cardinal Paul Poupard, président du Conseil pontifical de la Culture. Le pape assure de la contribution de l´Eglise à ce dialogue.



Le pèlerinage de Jean-Paul II à Athènes a manifesté une fois encore l´intérêt que Jean-Paul II porte à la construction de l´Europe en référence à ses racines chrétiennes, il le rappelait aujourd´hui encore lors de l´audience générale (cf. ci-dessus).

Le congrès de Bucarest est le fruit d´une collaboration avec la Fondation Konrad Adenauer et est promu par le conseil pontifical de la Culture. Il se propose d´affronter la question du rapport entre les Etats et les Nations en Europe, et de relever le défi de l´économie face à la nécessité du dialogue culturel auquel le pape a consacré son message du 1er janvier 2001.

Pluralité de cultures, et unité politique, question des minorités dans les répartitions politiques: ce sont les grands thèmes abordés par le colloque.

La session de travail a été ouverte hier matin par le ministre roumain de la Culture et des représentants ecclésiastiques catholiques et orthodoxes. Le message du pape a été lu.

Dans ce message, le pape invite les participants à poursuivre leurs analyses des problèmes culturels devant lesquels l´Europe se trouve dans le contexte de la mondialisation des échanges et des migrations des peuples.

Ce dialogue, insiste le pape est l´un des fondements de l´Europe qui se construit. "La réussite du projet européen, écrit le pape, dans un télégramme, est fondé aussi sur la base du dialogue entre les cultures, c´est-à-dire sur un échange vivant entre les peuples afin qu´ils reconnaissent la richesse de leurs diversités et qu´augmente la conscience des valeurs communes, dans le but d´éloigner les tentations d´un nationalisme exacerbé".

Pour ce qui est de la contribution de l´Eglise catholique, le pape affirme: "L´Eglise offre volontiers son aide et son expérience pour ce dialogue, pour servir la grandeur de l´homme et l´unité de tout le genre humain selon le dessein de Dieu".

Après la lecture du message pontifical, le cardinal Paul Poupard a retenu la première conférence. Il faisait remarquer en substance qu´une société dans laquelle l´économie joue sans cesse un rôle plus déterminant dans la politique des nations, les espaces consacrés à la vie culturelle ont aussi connu une évolution très différentes dans les deux anciens "blocs" de l´Est et de l´Ouest.

Mais il insistait sur le fait que la construction de l´Europe d´aujourd´hui est un processus complexe, jailli d´une volonté politique plus ou moins forte, des Etats membres pour mettre en œuvre cette réalisation. Pourtant, disait-il, la politique et l´économie ne sont pas à elles seules capables de résoudre les énormes problèmes qui se posent à l´Europe dans la recherche de son unité et de répondre aux attentes fondamentales des Européens à la recherche d´une espérance.

Le cardinal Poupard rappelait aussi que le continent a vocation de s´ouvrir à l´universel. Une culture authentique, continuait le cardinal, cette ouverture d´un patriotisme à l´autre, le respect des minorités, la protection des faibles, dans leurs légitimes différences culturelles et religieuses, ainsi que la lutte contre toute forme de nationalisme agressif.

L´avenir, concluait le cardinal Poupard, appartient à ceux qui auront su donner aux générations de demain des raisons authentiques et motivées de vivre et d´espérer.