Dans la lutte contre le mal, il est important d'avoir des amis

Benoît XVI déjeune avec les membres du Collège cardinalice

| 1232 clics

Anne Kurian

ROME, lundi 21 mai 2012 (ZENIT.org) – Benoît XVI a souligné que dans la lutte contre le mal, il est important d’avoir des amis, à l’occasion d’un déjeuner partagé avec les cardinaux.

Le pape a en effet déjeuné aujourd’hui, 21 mai 2012, avec les membres du Collège cardinalice, dans la salle Ducale du palais apostolique du Vatican, en remerciement pour les vœux qui lui avaient été adressés à l’occasion de son 85e anniversaire et du 7e anniversaire de son élection (respectivement 16 et 19 avril).

Après l'allocution du cardinal Angelo Sodano, doyen du Collège des cardinaux, le pape s’est adressé à eux d'abondance du coeur et sans papier, leur confiant qu’il se sentait « en sécurité » avec eux, et qu'il les considérait comme « de grands amis », rapportent les media du Vatican.

Une équipe victorieuse

Benoît XVI a cité saint Augustin en rappelant que toute l’histoire est une lutte entre deux amours : amour de soi-même jusqu’au mépris de Dieu, et amour de Dieu jusqu’au mépris de soi-même.

« Nous sommes dans cette lutte, a-t-il poursuivi, et dans cette lutte il est très important d’avoir des amis ».

Les membres du Collège cardinalice, a confié le pape, sont pour lui « de grands amis », avec lesquels il se sent « chez lui » et « en sécurité » : « des amis qui vivent avec moi et tous ensemble nous vivons avec le Seigneur ».

Benoît XVI les a remerciés en ce sens pour « la communion des joies et des douleurs », les encourageant à « aller de l’avant » avec les paroles du Seigneur : « Courage j’ai vaincu le monde ».

« Nous sommes dans l’équipe du Seigneur, a-t-il ajouté, donc nous sommes dans l’équipe victorieuse ».

Même la nuit est nécessaire

Par ailleurs, Benoît XVI a remercié le Seigneur pour les années de sa vie écoulées, avec de « nombreux jours de joie », des « périodes splendides », mais aussi « des nuits obscures ».

En rétrospective, a confié le pape, « on comprend que même les nuits étaient nécessaires et bonnes », et qu’elles sont donc aussi « motif de remerciement ».

Le pape a invité les cardinaux à « entrer en lutte contre le mal » car « le mal veut dominer dans le monde ». « Nous voyons, a-t-il constaté, que le mal agit de diverses façons, avec différentes formes de violence, mais également sous l’apparence du bien en détruisant ainsi les fondations morales de la société. »

Aujourd’hui, a-t-il affirmé, bien que la parole de « l’Eglise militante » (« ecclesia militans ») soit « un peu démodée », elle porte toujours en elle « la vérité ».