De nouvelles façons d’exercer la primauté de Pierre déjà en œuvre

Réflexion du card. Bertone à propos du livre : « Pierre aime et unit »

| 1812 clics

ROME, Lundi 29 janvier 2007 (ZENIT.org) – De nouvelles façons d’exercer la primauté de Pierre sont déjà mises en œuvre, fait observer le cardinal Bertone, en particulier lors des rencontres œcuméniques en présence du pape.



Pierre ne divise pas mais « aime et unit », c’est la ligne de fond du livre des PP. Adriano Garuti, franciscain et Nicola Bux, consacré à une réflexion sur la « primauté » de Pierre et intitulé : « Pierre aime et unit. La responsabilité personnelle du pape pour l’Eglise universelle » (Edizioni studio dominicano (ESD), 219 pp., 10 E).

Ce volume format de poche a été présenté au Vatican samedi 27 janvier, en présence du cardinal secrétaire d’Etat Tarcisio Bertone et du cardinal José Saraiva Martins, préfet de la congrégation pour les Causes des saints.

Pour sa part, le cardinal Bertone a rappelé « l’ecclésiologie eucharistique » du jeune théologien Joseph Ratzinger, dans une de ses premières recherches.

Dans les rencontres du pape avec les autres confessions chrétiennes, ces moments pour se retrouver « ensemble », le cardinal Bertone discerne déjà de « nouvelles formes d’exercice de la primauté de Pierre », ces nouvelles formes que Jean-Paul II appelait à découvrir dans « Ut unum sint ».

On se souvient de ces exemples donnés lors des voyages du pape, et récemment Benoît XVI en Allemagne et en Turquie.

Il évoquait aussi la « structure martyrologique » de l’Eglise et combien « l’identité » chrétienne a été marquée dès les premiers siècles par le devoir de témoigner du Christ mort et ressuscité « jusqu’à la mort » s’il le faut, ce que fit Pierre. Le secrétaire d’Etat évoquait Eusèbe, désigné par ces deux mots : « évêque et martyr ».

Surtout, le cardinal Bertone citait la récente homélie de Benoît XVI pour les vêpres œcuméniques en la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs, jeudi dernier, 25 janvier, en la fête de la Conversion de saint Paul et pour la conclusion de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens.

Le pape affirmait d’une part que : « Ce n'est pas nous qui faisons ou organisons l'unité de l'Eglise ».

Benoît XVI soulignait encore l’appel à parler courageusement: « Il faut parler correctement (orthôs) et de manière compréhensible », de façon à arriver au « partage des expériences de foi et de vie chrétienne authentiques ».

Le pape insistait aussi sur l’amour – justement demandé à Pierre par le Christ ressuscité (Jean 21) – et qui est le « commandement nouveau » laissé par Jésus à ses apôtres : « L'Afrique nous a offert cette année un thème de réflexion de grande importance religieuse et politique, car « parler » et « écouter » sont des conditions essentielles pour édifier la civilisation de l'amour ».

Evoquant cette page de saint Jean, le cardinal Bertone évoquait cet amour-agapè dont Pierre est appelé à « répondre personnellement ».

Il rappelait à ce propos une apparition du Christ au pape Pie XII qui se serait entendu poser la même question que Pierre : « M’aimes-tu ? ».

Cette confession de l’amour est en effet le roc sur lequel se fonde la mission du Successeur de Pierre, évêque de Rome, de confirmer la foi de ses frères « en Jésus, unique Sauveur du monde ».

C’est dans ce sens, disait le secrétaire d’Etat, que le pape invite sans cesse les fidèles à « cultiver l’amitié » avec le Christ, « Dieu proche et ami »: « le ‘oui’ de Pierre au Christ est le fondement de la responsabilité personnelle du pape - et de tout pape - vis-à-vis de l’Eglise universelle ».

Une responsabilité également « devant le monde » et le défi de s’engager pour l’unité, et se sentir tous responsables pour l’unité.

Le cardinal Bertone a remercié les auteurs et les intervenants – le prof. Elio Guerriero, directeur de la revue Communio, et Mgr Rino Fisichella, recteur de l’université du Latran, de cette présentation en soulignant l’actualité du thème.

Le livre se présente sous la forme de huit chapitres : Un homme de dialogue ; Unité œcuménique ou catholique ? L’idée de l’Eglise catholique ; La primauté et le concile ; Le lien de la primauté ; L’amitié du Christ ; L’obéissance du pape et des évêques ; La primauté embrasse aussi l’Orient.

Le livre présente en effet deux réflexions sur l’Orient. L’une au chapitre sur la primauté et le concile, à propos de la suppression du titre de « patriarche d’Orient » dans l’annuaire pontifical 2006, et l’autre dans le dernier chapitre, où les auteurs évoquent l’exercice de la primauté vis-à-vis des Eglises orientales catholiques, et en particulier dans le rite de la concession de la « communion » aux patriarches élus.