Découverte pour soigner les enfants trisomiques

Pour une science en faveur de l'homme

Rome, (Zenit.org) | 653 clics

A l'occasion d'une découverte scientifique, l'Association italienne "Scienza & Vita" ("Science et Vie") appelle privilégier "une science qui travaille pour l'homme et non contre lui", rappelant ce principe que "tout ce qui est possible n’est pas forcément licite."

« Le devoir de la médecine est de soigner et non pas de contourner le problème en supprimant les nouveau-nés qui ont des défauts génétiques. Si bien que la découverte publiée sur la revue Nature concernant la possibilité « d’éteindre » le chromosome en plus responsable du syndrome de Down constitue un nouveau pas en avant vers les soins et non vers l’élimination du malade », déclarent Paola Ricci Sindoni et Domenico Coviello, présidente et coprésident de l'association. 

« Cette découverte, ajoutent-ils, favorise l’étude des mécanismes cellulaires impliqués dans la biologie sous-jacente à la maladie et, une fois la phase d’expérimentation passée, pose les bases qui permettent de trouver les cibles thérapeutiques et mettre au points des soins ‘ad hoc’. On montre encore une fois qu’il existe une science qui travaille pour l’homme et contre l’homme ».

Ils considèrent que les résultats scientifiques obtenus sont déjà importants, même sans « cette libéralisation de la recherche sur les embryons humains votée récemment en France et que certains voudraient vite introduire en Italie ».

Faisant observer que les scientifiques, les malades et l’opinion publique ne sont pas forcément favorables à une telle utilisation des connaissances scientifiques, ils ajoutent : « Il n’est pas dit que tout ce qui est possible soit automatiquement licite, il est par contre important que les droits fondamentaux de l’homme soient respectés et qu’il n’y ait pas de discrimination envers les plus faibles, ceux qui ont un handicap génétique, même dans toutes les toutes premières phases de leur existence ».