Défendre la famille immigrée, appel de Benoît XVI

Conseil pontifical de la Pastorale des migrants

| 1148 clics

ROME, Jeudi 15 mai 2008 (ZENIT.org) - Défendre la famille immigrée, la famille itinérante, c'est appel de Benoît XVI qui a reçu ce matin les membres de l'assemblée du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement.

L'assemblée a en effet pour thème : « La famille migrante » (cf. Zenit des 7, 12 et 14 mai 2008). Elle est présidée par le président du dicastère, le cardinal Renato Raffaele Martino.

Pour le pape en effet, pour accueillir les immigrés, les chrétiens sont appelés à avoir comme référence la personne du Christ, et à favoriser le regroupement familial, à dialoguer et à accueillir les migrants en difficulté.

Benoît XVI a souligné qu'il avait abordé ces thèmes dans son récent voyage aux Etats-Unis.

Il a demandé à l'Eglise de renouveler son engagement « en faveur non seulement de la personne qui émigre, mais aussi de sa famille, communauté d'amour et facteur d'intégration ».

« Il ne faut pas oublier, disait notamment Benoît XVI, que la famille, y compris migrante et itinérante, constitue la cellule à l'origine de la société, qu'il ne faut pas la détruire, mais la défendre, avec courage et avec patience. Elle représente la communauté dans laquelle depuis l'enfance on est formé à adorer et à aimer Dieu, en apprenant la grammaire des valeurs humaines et morales et en apprenant à faire bon usage de la liberté dans la vérité ».

Dans ce monde globalisé, le pape faisait observer que la mobilité humaine représente « une frontière importante pour la nouvelle évangélisation ».

Il a rappelé la nécessité de mettre en œuvre l'évangile en disant : « Dans son action d'accueil et de dialogue avec les migrants et les personnes en déplacement, la communauté chrétienne a comme référence constante la personne du Christ notre Seigneur. Il a laissé à ses disciples une règle d'or qui doit orienter la vie : le commandement nouveau de l'amour ».

Le pape a également souligné le lien entre la pastorale familiale des migrants et le sacrement de l'Eucharistie en disant : « Qui va à la messe - et il faut faciliter sa célébration aussi pour les migrants et les personnes en déplacement - trouve dans l'eucharistie un renvoi très fort à sa famille, à son mariage, et est encouragé à vivre sa situation dans la perspective de la foi, en cherchant dans la grâce divine la force nécessaire pour y réussir ».

Anita S. Bourdin