Défendre la vie humaine, c'est révolutionnaire

Carlo Casini et la Rencontre des mouvements européens pour la vie

Rome, (Zenit.org) Antonio Gaspari | 469 clics

« Beaucoup sont amenés à penser que les partisans de la vie naissante sont des conservateurs, en réalité ce sont des progressistes et des révolutionnaires, car ils défendent les plus faibles, alimentent l’espérance et bâtissent l’avenir », a déclaré Carlo Casini, président de la commission pour les affaires constitutionnelles du Parlement européen.

Carlo Casini s’exprimait lors d’une conférence de presse à Cracovie, dans le cadre de la Rencontre des mouvements européens pour la vie, à Cracovie. En tant que Président du mouvement italien pour la défense de la vie, il a présenté les résultats de l’initiative citoyenne « Un de nous », pour la défense de l’embryon.

A une question de Zenit sur l’esprit de ceux qui ont adhéré à l’initiative, Carlo Casini a estimé que « l’initiative citoyenne 'Un de Nous' n’a rien de conservateur, car promouvoir et défendre les plus faibles, les nouveau-nés, est une lutte de civilisation ».

Il a salué les Européens engagés « dans la promotion des droits de l’homme » : « cette partie de l’Europe suscite l’enthousiasme ».

« Comme la révolution qui a conduit à la libération des esclaves, a-t-il ajouté, promouvoir et défendre le droit à la vie des enfants à naître est une bataille pour faire reconnaître la dignité de la vie naissante et le droit à l’égalité ».

Pour Carlo Casini, « se préoccuper de la vie du plus faible et la défendre au nom de la dignité humaine qui est en lui, n’est pas de la « conservation mais une révolution. Cela signifie alimenter une énergie vitale pour le progrès de la civilisation ».

L’initiative européenne « Un de nous » représente « le succès des peuples européens qui ont signé et fait entendre leur voix pour défendre et promouvoir la vie naissante », a-t-il insisté.

A une question sur l’importance de la famille naturelle, Carlo Casini a cité l’article 16 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, dans laquelle il est écrit: « La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’Etat ».

La Déclaration universelle des droits de l’homme est « née comme projet de paix après les horreurs de la seconde guerre mondiale », a-t-il rappelé. Et « la paix se fonde sur la reconnaissance d’une même dignité pour tous, et sur la famille qui est sa garantie ».

« La famille formée d’un homme et d’une femme est le fondement de chaque nation et si on élimine la famille, l’histoire s’arrête, l’humanité finit comme espèce biologique sur la terre », a poursuivi Carlo Casini.

« La vie naît d’une étreinte, d’un amour réciproque » et « la famille composée d’un homme et d’une femme a pour tâche de garantir la plus haute humanisation ». « Détruire la famille naturelle signifie menacer la paix et mettre en danger l’avenir », a-t-il conclu.

Traduction d’Océane Le Gall