Défendre la vie humaine, c'est révolutionnaire

Carlo Casini et la Rencontre des mouvements européens pour la vie

Rome, (ZENIT.org) Antonio Gaspari | 603 clics

Carlo Casini s’exprimait lors d’une conférence de presse à Cracovie, dans le cadre de la Rencontre des mouvements européens pour la vie, à Cracovie. En tant que Président du mouvement italien pour la défense de la vie, il a présenté les résultats de l’initiative citoyenne « Un de nous », pour la défense de l’embryon.

A une question de Zenit sur l’esprit de ceux qui ont adhéré à l’initiative, Carlo Casini a estimé que « l’initiative citoyenne 'Un de Nous' n’a rien de conservateur, car promouvoir et défendre les plus faibles, les nouveau-nés, est une lutte de civilisation ».

Il a salué les Européens engagés « dans la promotion des droits de l’homme » : « cette partie de l’Europe suscite l’enthousiasme ».

« Comme la révolution qui a conduit à la libération des esclaves, a-t-il ajouté, promouvoir et défendre le droit à la vie des enfants à naître est une bataille pour faire reconnaître la dignité de la vie naissante et le droit à l’égalité ».

Pour Carlo Casini, « se préoccuper de la vie du plus faible et la défendre au nom de la dignité humaine qui est en lui, n’est pas de la « conservation mais une révolution. Cela signifie alimenter une énergie vitale pour le progrès de la civilisation ».

L’initiative européenne « Un de nous » représente « le succès des peuples européens qui ont signé et fait entendre leur voix pour défendre et promouvoir la vie naissante », a-t-il insisté.

A une question sur l’importance de la famille naturelle, Carlo Casini a cité l’article 16 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, dans laquelle il est écrit: « La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’Etat ».

La Déclaration universelle des droits de l’homme est « née comme projet de paix après les horreurs de la seconde guerre mondiale », a-t-il rappelé. Et « la paix se fonde sur la reconnaissance d’une même dignité pour tous, et sur la famille qui est sa garantie ».

« La famille formée d’un homme et d’une femme est le fondement de chaque nation et si on élimine la famille, l’histoire s’arrête, l’humanité finit comme espèce biologique sur la terre », a poursuivi Carlo Casini.

« La vie naît d’une étreinte, d’un amour réciproque » et « la famille composée d’un homme et d’une femme a pour tâche de garantir la plus haute humanisation ». « Détruire la famille naturelle signifie menacer la paix et mettre en danger l’avenir », a-t-il conclu.

Traduction d’Océane Le Gall