Demande à Jésus ce qu'il veut faire de toi et sois courageux !

Paroles avant le Regina Coeli

Rome, (Zenit.org) Pape François | 1629 clics

« Demande à Jésus ce qu’il veut faire de toi et sois courageux » : le pape François a demandé aux jeunes de prendre des risques pour Dieu, en ce dimanche « Du Bon Pasteur », Journée mondiale de prière pour les vocations. Le pape rappelle : « Les vocations naissent dans la prière et de la prière. Et elle ne peut persévérer et porter du fruit que dans la prière. »

Le pape a en effet présidé à midi, ce 21 avril 2013, la prière mariale du Regina Coeli de la fenêtre du bureau du palais apostolique du Vatican, en présence de quelque 100 000 personnes.

Paroles du pape François avant le Regina Coeli:

Chers frères et soeurs,

Le IVe dimanche du Temps pascal est caractérisé par l’Evangile du Bon Pasteur – du chapitre 10 de saint Jean – qu’on lit chaque année. Le passage d’aujourd’hui rapporte ces paroles de Jésus : « Mes brebis écoutent ma voix et moi je les connais et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle et elles ne seront pas perdues et personne ne les arrachera de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand de tous et personne ne peut les arracher de la main de mon Père. Moi et le Père nous sommes un » (10,27-30).

Ces quatre versets renferment le message de Jésus, le noyau central de son Evangile : Il nous appelle à participer à sa relation avec le Père, et c’est cela la vie éternelle. Jésus veut établir avec ses amis une relation qui soit le reflet de celle qu’Il a avec le Père : une relation d’appartenance réciproque en pleine confiance, dans une intime communion.

Pour exprimer cette entente profonde, ce rapport d’amitié, Jésus utilise l’image du pasteur et de ses brebis : Il les appelle et elles reconnaissent sa voix, elles répondent à son appel et elles le suivent. Elle est très belle, cette parabole ! Le mystère de la voix est suggestif : dès le sein de notre mère nous apprenons à reconnaître sa voix et celle de notre papa ; le ton d’une voix nous fait percevoir l’amour ou le mépris, l’affection ou la froideur.  La voix de Jésus est unique ! Si l’on apprend à la distinguer, Il nous guide sur la voie de la vie, une voie qui dépasse même l’abîme de la mort.

Mais à un moment, Jésus dit, à propos de ses brebis: “C’est mon Père qui me les a données” (Jn 10, 29). C’est très important, c’est un mystère profond, qui n’est pas facile à comprendre: si je me sens attiré par Jésus, si sa voix réchauffe mon coeur, c’est grâce à Dieu le Père, qui a mis en moi le désir de l’amour, de la vérité, de la vie, de la beauté… et Jésus est tout cela en plénitude! Cela nous aide à comprendre le mystère de la vocation, spécialement des appels à une consécration spéciale.

Parfois, Jésus nous appelle, nous invite à le suivre, mais il peut arriver que nous ne nous rendions pas compte que c’est lui, comme c’est arrivé au jeune Samuel. Il y a beaucoup de jeunes aujourd’hui ici, sur la place. Je voudrais vous demander : vous avez parfois entendu la voix du Seigneur qui, grâce à un désir, une inquiétude, vous invitait à le suivre de plus près ? Vous avez eu envie d’être les apôtres de Jésus ? La jeunesse, il faut la mettre en jeu pour de grands idéaux. Demande à Jésus ce qu’il veut faire de toi et sois courageux !

Derrière toute vocation au sacerdoce ou à la vie consacrée et avant elle, il y a toujours la prière forte et intense de quelqu’un : d’une grand-mère, d’un grand-père, d’une mère, d’un père, d’une communauté… Voilà pourquoi Jésus a dit : « Priez le maître de la moisson – c’est-à-dire Dieu le Père – d’envoyer des ouvriers à sa moisson ! » (Mt 9,38).

Les vocations naissent dans la prière et de la prière; et elle ne peut persévérer et porter du fruit que dans la prière. J’aime à le souligner aujourd’hui, en la « Journée mondiale de prière pour les vocations ». Prions en particulier pour les nouveaux prêtres du diocèse de Rome que j’ai eu la joie d’ordonner ce matin. Et invoquons l’intercession de Marie qui est la Femme du « Oui ». Elle a appris à connaître Jésus à partir du moment où elle l’a porté en son sein. Que Marie nous aide à connaître toujours mieux la voix de Jésus et à la suivre, pour marcher sur le chemin de la vie !

Traduction de Zenit, Anita Bourdin