Départ de la grande neuvaine à la Miséricorde divine

Lorsque Jésus parle du Père Miséricordieux

| 3569 clics

ROME, Jeudi 1er avril 2010 (ZENIT.org) - La grande Neuvaine à la Miséricorde Divine commence chaque année le jour du Vendredi Saint, rappelle le site des congrès de la Miséricorde.

Elle s'achève donc Dimanche 11 avril 2010. Cette neuvaine s'effectue en principe du Vendredi Saint au Dimanche de la Miséricorde divine (dimanche suivant Pâques).

L'Osservatore Romano en italien du Vendredi saint, 2 avril titre, à la Une, pour la messe chrismale du Jeudi saint, à Saint Pierre : « L'huile de la miséricorde ».

« Il est clair que cette Neuvaine, demandée par le Seigneur à Sainte Faustine, relève d'une dévotion personnelle et ne peut se substituer aux grands Offices du Vendredi Saint et de la Semaine Pascale », fait observer le site.

Il rappelle aussi le lien entre ce message confié à sainte Faustine et le message d'un récent « docteur de l'Eglise », Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face, comme en a témoigné, en février, le congrès national français de la miséricorde accueilli par le sanctuaire de Lisieux. Ce fut l'occasion de « découvrir » ou de « redécouvrir » la « petite voie de l'abandon total à l'amour miséricordieux de Dieu » de la « petite Thérèse ».

C'est aussi ce que disait Benoît XVI à l'Angélus le 14 mars dernier: «  Après que Jésus nous a parlé du Père miséricordieux, les choses ne sont plus comme auparavant... ».

Rappelons aussi que le site des congrès de la Miséricorde permet d'y déposer une intention de prière. Chaque lundi soir, la messe est célébrée à ces intentions.

Enfin, courant avril, le site se propose d'offrir plus d'informations sur le pèlerinage national de la Miséricorde, le dimanche 22 août 2010, à Ars.

Il permettra aussi de télécharger les conférences données lors du Congrès de la Miséricorde à Lisieux. Pour l'instant on peut les obtenir sur CD.

On peut aussi redécouvrir le message de sainte Faustine sur différents sites dont ce site de la première icône du Christ miséricordieux, peint à Vilnius sur les indications de la sainte et à la demande de son père spirituel, le P. Michal Sopocko.

Anita S. Bourdin