Départ du IVème marathon-pèlerinage « Jean-Paul II » de Bethléem à Jérusalem

Italiens, israéliens et palestiniens courront ensemble le 25 avril

| 1877 clics

ROME, Jeudi 19 avril 2007 (ZENIT.org) – La IVème édition du marathon-pèlerinage « Jean Paul II », qui se déroulera du 23 au 28 avril prochains, a été présentée mardi dernier.



L’arrivée à Bethléem, prévue le 23 avril, ouvrira officiellement le pèlerinage qui prévoit, comme toujours, de nombreuses étapes sur les lieux de culte. Le marathon proprement dit partira le 25 au matin de la Basilique de la Nativité à Bethléem jusqu’au Mur occidental du Temple de Jérusalem.

La course, ouverte à tous, se déploie sur un parcours de 10 kilomètres qui traverse le mur et le check-point de séparation entre Israël et les territoires palestiniens.

Cette initiative, fortement symbolique, réunit des athlètes italiens, israéliens et palestiniens dans une grande course pour la paix. Ils porteront avec eux le drapeau Olympique et la flamme de la paix, bénis mercredi dernier par le pape durant l’audience générale.

Parmi les athlètes, à noter la présence d’Andrea Zorzi et Roberto Masciarelli, des vétérans du volley-ball italien, et quelques représentants des équipes inscrites aux Clericus Cup, le premier tournoi mondial du Vatican, réservé aux prêtres et séminaristes.

Ce marathon pour la paix, dédié au pape Jean-Paul II, a été présenté mardi dernier à la presse par le secrétaire du Conseil pontifical pour les Laïcs, Mgr Josef Clemens, en présence de l’Administrateur délégué de l’Opera Romana Pellegrinaggi (l’Office Romain des Pèlerinages), Mgr Liberio Andreatta , du Président national du Centre sportif italien, Edio Costantini, et de la journaliste Paola Saluzzi, marraine de l’événement et qui en est à son troisième marathon pour la paix en Terre-Sainte.

« Ce marathon est l’une des plus belles initiatives que nous ayons eu à organiser pour la Terre-Sainte » a relevé Mgr Andreatta dans son intervention avant de rappeler son objectif : « écourter les distances entre Bethléem et Jérusalem et faire en sorte que ce marathon, un jour le plus proche possible, ne soit plus nécessaire ».

« Des pas en avant ont été faits et continuent d’être faits - a-t-il ajouté - par exemple cette année, les Ministères du Tourisme israélien et palestinien se sont rencontrés pour décider ensemble de l’organisation de la course, sans avoir recours à notre intermédiaire ».

Parmi les nouveautés à signaler : l’internationalisation du marathon, la participation des étudiants scolaires israéliens et palestiniens, un nombre croissant de participants italiens, environ 200, qui courront pour manifester leur engagement en faveur de cette cause.

« 150 israéliens et autant de palestiniens participeront à la course », a ensuite révélé Mgr Andreatta.

Mgr Clemens, qui présidera la course, a quant à lui fait part de son enthousiasme et de sa grande satisfaction.

« Le Conseil pontifical pour les Laïcs est d’autant plus ravi d’apporter sa contribution à une aussi belle initiative, qu’il a dans son organisme un service 'Eglise et Sport', né quelques jours après le Jubilé des Sportifs – a-t-il affirmé –. Je pense que ce marathon-pèlerinage doit être vu sous un triple angle: Jean-Paul II, le sport et la paix ».

Dans son intervention, Edio Costantini a pour sa part mis l’accent sur le principe du sport « un principe générateur d’expériences humaines plus fortes. Ceux qui font ces 10 kms rentrent chez eux transformés. Une expérience de ce genre, apte à faire naître des amitiés et des rapports humains, est la seule capable de modifier l’histoire des hommes. Ces10kms changent le cœur des hommes ».

A la fin de la conférence de presse, Paola Saluzzi a rappelé l’importance des deux visites prévues dans le programme de ces journées: l’une au Caritas Baby Hospital de Bethléem et l’autre à l’ « Istituto Effetà-Paolo VI » qui s’occupe de la réhabilitation des enfants sourds-muets.

Cette course pour la paix est organisée par l’Opera Romana Pellegrinaggi, le Centre sportif italien, le Bureau national de la Conférence épiscopale italienne pour la Pastorale des Loisirs, Tourisme et sport et par l’IGTO, l’Office national du Tourisme israélien.