Des chrétiens évangéliques saluent la publication de Caritas in veritate

| 2543 clics

ROME, Mardi 1er Septembre 2009 (ZENIT.org) - Cinquante responsables évangéliques, venant majoritairement des Etats-Unis, du Canada et de la Grande-Bretagne, ont écrit un texte dans lequel ils expriment leur appréciation de Caritas in veritate, a rapporté L'Osservatore Romano, le 1er septembre.

« Les récents événements mondiaux nous montrent l'importance d'une profonde réflexion chrétienne sur la nature et sur le but de la vie économique, dans nos sociétés comme dans d'autres parties du monde. C'est pourquoi, comme protestants évangéliques, nous applaudissons la publication de l'encyclique Caritas in veritate de Benoît XVI », soulignent ces chrétiens évangéliques.

Economistes, mathématiciens, politologues ou encore sociologues, ces signataires exhortent notamment leurs « frères évangéliques de l'hémisphère nord, à lire, à comparer et à répondre à Caritas in veritate et à son identification au double appel de charité et de vérité dans nos vies de citoyens, entrepreneurs, travailleurs et surtout, disciples du Christ ».

« Nous apprécions la manière dont l'encyclique considère le développement économique en termes de trajectoire authentique pour la prospérité humaine », soulignent-ils dans cette lettre. « Nous nous faisons écho de son appel à une nouvelle vision du développement, qui reconnaît la dignité de la vie humaine dans sa plénitude, et qui comprend la préoccupation pour la vie de la conception jusqu'à la mort naturelle, pour la liberté religieuse, pour atténuer la pauvreté et pour prendre soin la création ».

« Caritas in veritate propose un modèle intégral de développement humain dans le contexte de la mondialisation », soulignent-ils encore. « Avec cette encyclique, nous affirmons aussi que la mondialisation doit devenir un ‘processus d'intégration centré sur la personne et orienté vers la communauté' ».

Dans cette lettre, ils invitent « les évangélistes à considérer l'invitation du pape Benoît XVI » à réfléchir sur « la signification morale de l'investissement ». « Nous aurions souhaité une critique encore plus forte, dans l'encyclique, de l'élévation de l'argent au rang d'idolâtrie et de la domination actuelle des marchés financiers sur d'autres éléments de l'économie mondiale », affirment-ils encore.

Ils disent également partager « la préoccupation du document sur le déclin des systèmes de sécurité sociale, sur la diminution du pouvoir des syndicats et sur la pression de la mobilité du travail, qui est socialement destructive ». « Toutefois, nous partageons aussi ses craintes pour la croissance d'un état de bien être excessif qui avilit le pluralisme social et civique ».

« Avec Caritas in veritate, nous nous engageons à ne pas être victimes de la mondialisation mais plutôt à en être protagonistes, à œuvrer pour la solidarité mondiale, pour la justice économique et pour le bien commun, ces règles qui transcendent et transforment les raisons du profit économique et du progrès technique », affirment-ils enfin. « Nous souhaitons un dialogue sérieux entre tous les chrétiens et avec les autres, pour faire de ces objectifs des réalités concrètes ».