Des évêques anglicans rejoignent l’Eglise catholique

L'un d'entre eux explique sa « longue lutte intérieure »

| 2313 clics

ROME, Jeudi 18 novembre 2010 (ZENIT.org) - Dans une lettre envoyée à sa congrégation, l'évêque anglican Keith Newton de Richborough, explique qu'il quitte l'Eglise d'Angleterre pour des raisons positives et non pas négatives.

Dans une lettre pastorale diffusée mardi, l'évêque confirme sa décision, prise en même temps que quatre autres prélats et annoncée lundi, exprimant « l'espoir » que sa congrégation comprendra que sa résolution n'est pas dictée par une « réaction négative relative aux problèmes de l'Eglise d'Angleterre ».

Il explique avoir pris cette décision en réponse à la prière de Notre Seigneur, la nuit avant de mourir, « que tous soient ‘Un' ».

La Constitution apostolique Anglicanorum coetibus, publiée il y a un an, offre à des groupes d'anglicans un moyen d'intégrer l'Eglise catholique à travers l'institution d'ordinariats personnels, un nouveau type de structure canonique qui prévoit pour eux la possibilité de garder certains éléments de leurs traditions liturgiques et spirituelles.

L'évêque est un des trois évêques qui exercent « en électron libre » leur ministère avec les fidèles les plus traditionnels, lesquels rejettent la décision anglicane d'ordonner des femmes au sacerdoce, et ont annoncé leur intention de s'unir à l'Eglise catholique. Les deux autres sont l'évêque Andrew Burnham d'Ebbsfleet et l'évêque John Broadhurst de Fulham.

Deux évêques émérites ont eux aussi donné leur démission : Edwin Barnes de Richborough et l'évêque auxiliaire d'Exeter , David Silk.

Tout en remerciant prêtres, fidèles et laïcs qui lui ont apporté « soutien, chaleur et amitié », l'évêque Newton, dans sa lettre, dit qu'il a pris sa décision après une « longue lutte intérieure », ajoutant que même « s'il est vrai que la question de l'ordination des femmes a été un facteur important, elle n'a pas été le plus important ».

« Mon pèlerinage me conduit dans une autre direction », ajoute-t-il. Et même si la démission de l'évêque ne sera pas effective avant le 31 décembre, il précise qu'il n'assurera « aucun service épiscopal d'ici là ».