Des franciscains en mission de paix en Afghanistan?

Un "geste prophétique" selon le ministre général de l´Ordre

| 259 clics

ROME, lundi 15 octobre 2001 (ZENIT.org) – Un groupe de frères franciscains, membres d´une fraternité itinérante, a exprimé son intention d´organiser une mission de paix en Afghanistan.



La fraternité itinérante est composée de frères entre 35 et 40 ans, de différents pays, dont les Etats-Unis. Les franciscains voudraient suivre les pas de saint François qui, il y a huit cents ans, demanda à rencontrer le sultan Malek El-Kamil.

"Mais, pour aller en Afghanistan, explique le père Giacomo Bini, ministre général de l´Ordre, dans un entretien publié par le quotidien italien Avvenire, on a besoin des franciscains du Pakistan, qui pourraient subir les conséquences directes d´un tel geste".

Le ministre général de l´Ordre voit malgré tout cette disponibilité comme un geste prophétique: "Notre paix se nomme Jésus-Christ et c´est une paix qui ne cherche pas des résultats d´efficacité immédiate. C´est une paix faite de petits gestes qui ouvrent de nouveaux horizons. C´est une paix qui combat toute forme de vengeance et de haine, en choisissant des chemins de réconciliation et de communion. Mais seul Dieu connaît le temps et la manière".

Ce geste répondrait parfaitement au charisme franciscain. "Nous avons une méthode spéciale pour la paix et la réconciliation, explique le père Bini. L´engagement pour la paix s´exprime pour nous par la présence dans des lieux où il y a des oppositions, des divisions, des tensions. Nous sommes là et vivons tout simplement en chrétiens".

Il ajoute que saint François lui-même avait envoyé ses disciples en pays musulman. "Et depuis lors, nous sommes présents au Maroc, où nous travaillons avec les jeunes et où nous sommes respectés. Nous avons des communautés en Libye et en Egypte, avec des frères arabes qui dirigent des écoles fréquentées par des enfants en majorité musulmans".

"Il y a plus de 40 frères au Pakistan, tous originaires du pays, qui vivent en milieu islamique, dans un esprit de paix et de respect envers tous", explique le père Bini.

La paix se construit en travaillant à "différentes niveaux", explique le supérieur franciscain. "Mère Teresa a travaillé avec les pauvres, la communauté de San Egidio organise des réunions de responsables, nous autres, franciscains, nous vivons en contact avec les musulmans".

"L´important est de ne pas dire que c´est impossible, conclut-il. La relation entre chrétiens et musulmans est aujourd´hui contaminée par les fondamentalismes mais on doit essayer de construire, même modestement, de nouvelles relations".