Dette des pays pauvres: Respecter les engagements pris

Mgr Migliore à l’ECOSOC

| 1027 clics

ROME, Lundi 4 juillet 2005 (ZENIT.org) – Le représentant du Saint-Siège à l’ONU exhorte les pays du G-8 à respecter les engagements pris pour l’annulation de la dette des pays les plus pauvres.



L’Observateur permanent du Saint-Siège à l’ONU, à New York, Mgr Celestino Migliore, est en effet intervenu dans ce sens lors du congrès du Conseil économique et social de l’ONU (ECOSOC), le 1er juillet dernier.

« Le Saint-Siège est heureux de s’associer à ceux qui soutiennent l’accord, trouvé à Londres par les ministres des finances des pays du G-8, et prévoyant l’annulation de la dette de 18 des pays les plus pauvres du monde » , a déclaré notamment l’archevêque en anglais.

« Ces dernières décennies, a-t-il rappelé, le Saint-Siège a été un des principaux soutiens de cet effacement et à diverses reprises, le pape Jean-Paul II a invité la communauté internationale à assumer cet engagement. Pour le moment, l’accord de Londres n’est qu’une proposition. Les responsables du G-8, qui se rencontreront à Gleneagles du 6 au 8 juillet prochain, devront prêter attention aux demandes des citoyens et de la société civile et laisser de côté les intérêts respectifs en donnant la priorité à la mise en œuvre des accords déjà pris ».

« On ne peut ignorer ce fait qu’alors que de nombreux pays sont en mesure d’intervenir rapidement pour défendre et promouvoir toute chose perçue comme de son intérêt, une série de difficultés et d’obstacles se rencontrent à chaque fois que l’on doit intervenir en faveur des pays les plus pauvres », faisait observer Mgr Migliore.