Devant la violence du monde, l’actualité du message de Charles Péguy

Benoît XVI assiste au « Mystère de la charité de Jeanne d'Arc »

| 1444 clics

ROME, Lundi 21 août 2006 (ZENIT.org) – « Face aux dramatiques événements du Moyen-Orient, devant les situations de souffrance provoquées par la violence dans de nombreuses régions du monde, le message transmis par Charles Péguy dans « Le mystère de la Charité de Jeanne d’Arc », demeure une source de réflexion très profitable. Puisse Dieu entendre la prière de la sainte de Domremy et la nôtre, et donner à notre monde la paix à laquelle il aspire ! », a déclaré Benoît XVI samedi dernier, 19 août.



Le pape Benoît XVI a assité à la représentation de l’œuvre dramatique de Charles Péguy, mise en scène par Jean-Paul Lucet, le « Mystère de la charité de Jeanne d'Arc », samedi soir, 19 août, à 20 h, dans la cour du palais apostolique de Castelgandolfo. Le pape les a remerciées en s’adressant en français aux personnes présentes à l’issue de la représentation.

Cette représentation a été due à l'archidiocèse de Monaco, et à son archevêque, Mgr Bernard Barsi, en collaboration avec l'ambassade de la Principauté de Monaco près le Saint Siège.

Charles Péguy a composé un drame « en prose et en vers » intitulé « Jeanne d'Arc » en 1897, avant de reprendre la formule du « verset » pour composer ses trois « Mystères »: « Le mystère de la charité de Jeanne d'Arc » (1910), « Le porche du mystère de la deuxième vertu » (1911), et « Le mystère des saints innocents » (1912).

Dans son allocution, le pape a souligné l’actualité de l’œuvre de Péguy devant la souffrance suscitée par les conflits qui frappent le Moyen Orient ou tout autre région du monde.

« À travers une profonde réflexion sur des thèmes toujours présents à la pensée de nos contemporains, nous avons été introduits au cœur du Mystère chrétien, faisait observer le pape. Dans ce texte d’une grande richesse, Péguy a su rendre avec force le cri que Jeanne fait monter vers Dieu avec passion, l’adjurant de faire cesser la misère et la souffrance qu’elle voit autour d’elle, exprimant ainsi l’inquiétude de l’homme et sa recherche du bonheur ».

« La remarquable interprétation du «Mystère de la Charité de Jeanne d’Arc», qui nous a été donnée, nous a aussi montré que le cri pathétique de Jeanne, qui traduit sa douleur et son désarroi, manifeste surtout sa foi ardente et lucide, marquée par l’espérance et par le courage », soulignait encore le pape avant d’ajouter : « Nous entraînant encore plus loin dans la méditation, Péguy nous fait entrevoir dans le «Mystère» de la Passion du Christ, ce qui, en définitive, donne un sens à la prière de la jeune femme dont la force d’âme ne peut que nous émouvoir ».

« Face aux dramatiques événements du Moyen-Orient, devant les situations de souffrance provoquées par la violence dans de nombreuses régions du monde, le message transmis par Charles Péguy dans «Le mystère de la Charité de Jeanne d’Arc», demeure une source de réflexion très profitable. Puisse Dieu entendre la prière de la sainte de Domremy et la nôtre, et donner à notre monde la paix à laquelle il aspire ! », disait le pape.

Benoît XVI concluait par cette prière : « À l’issue de cette belle soirée, que sainte Jeanne d’Arc nous aide à entrer toujours plus profondément dans le mystère du Christ pour y découvrir le chemin de la vie et du bonheur ! »

Le pape soulignait l’intériorité de l’interprétation qui venait d’être donnée de cette œuvre : « Je voudrais exprimer ma gratitude au metteur en scène, qui a su mettre en valeur avec une grande sobriété les éléments essentiels de ce chef-d’œuvre de Charles Péguy. Je félicite vivement les artistes qui nous en ont donné une interprétation de grande qualité, mettant au service du texte non seulement leur talent, leur «métier» de comédiennes, mais leur propre intériorité, nous faisant ainsi entrer dans les sentiments des personnages qu’elles ont fait revivre devant nous ».

Il ajoutait : « Ma reconnaissance va aussi aux techniciens et à toutes les personnes qui ont participé à la réalisation de cette représentation dont nous garderons un agréable souvenir ».

Le grand théologien suisse Hans Urs von Balthasar a pour sa part écrit un long et passionné commentaire au drame de Péguy où il souligne que « tout l’art et la théologie de Péguy » se fait toujours davantage prière.

En 1988, le pape Jean-Paul II avait souligné que cette œuvre était une « œuvre chrétienne qui va aux sources de la vocation de Jeanne à la sainteté ».