Devenir grand, c’est faire de sa vie un don aux autres, affirme le pape

Benoît XVI répond aux questions des jeunes de l’Action catholique italienne

| 1412 clics

ROME, Mercredi 3 novembre 2010 (ZENIT.org) - Devenir grand, c'est être capable de « faire de sa vie un don aux autres », c'est être capable de ne pas exclure les autres et particulièrement nos « amis qui souffrent et qui sont seuls », a estimé Benoît XVI en répondant aux questions posées par deux jeunes de l'Action catholique italienne et une éducatrice.

Le pape s'est exprimé devant les quelque 100 000 adolescents réunis place Saint-Pierre le samedi 30 octobre.

Interrogé sur ce que signifie grandir en suivant Jésus, le pape a rappelé qu'être « grands » signifie « aimer beaucoup Jésus, l'écouter et lui parler dans la prière, le rencontrer dans les sacrements, dans la messe, dans la confession ».

« Cela veut dire le connaître toujours mieux et le faire connaître aussi aux autres, cela veut dire passer du temps avec vos amis, y compris les plus pauvres, les malades, pour grandir ensemble », a-t-il ajouté.

Evoquant son enfance, le pape a raconté qu'il était alors « un des plus petits de la classe », ce qui l'avait poussé à vouloir « faire quelque chose de grand, de plus » dans sa vie.

« La vraie grandeur », a-t-il ajouté, c'est « de demeurer dans le grand amour de Dieu qui est aussi toujours amour des amis ».

Tout en dénonçant l'amour-marchandise proposé par les médias et Internet, Benoît XVI a aussi invité à apprendre « l'art de l'amour authentique ! ».

« A l'adolescence on s'arrête devant le miroir et on s'aperçoit qu'on est en train de changer. Mais tant qu'on ne cesse pas de se regarder, on ne devient jamais grands ! », a poursuivi Benoît XVI. « Vous devenez grands quand vous ne laissez plus le miroir être l'unique vérité sur vous-mêmes, mais quand vous laissez ceux qui sont vos amis la dire ».

« Vous devenez grands si vous êtes capables de faire de votre vie un don aux autres, non de vous chercher vous-mêmes mais de vous donner aux autres : voilà l'école de l'amour », a-t-il insisté.

Il y a une façon de vérifier si votre amour grandit bien, a enfin estimé le pape : « si vous n'excluez pas les autres de votre vie, surtout vos amis qui souffrent et qui sont seuls, les personnes en difficulté, et si vous ouvrez votre cœur au grand Ami qui est Jésus ».

Que signifie être éducateurs ?

Interrogé sur la mission des éducateurs, Benoît XVI a souligné que cela signifiait « offrir des raisons et des objectifs au chemin de la vie, offrir la beauté de la personne de Jésus et faire que l'on devienne amoureux de Lui, de son style de vie, de sa liberté, de son grand amour plein de confiance en Dieu le Père ».

« Cela demande une connaissance personnelle de Jésus, un contact personnel, quotidien, amoureux, avec Lui dans la prière, dans la méditation de la Parole de Dieu, dans la fidélité aux sacrements, à l'Eucharistie, à la confession ; cela demande de communiquer la joie d'être dans l'Eglise, d'avoir des amis avec qui partager non seulement les difficultés mais aussi la beauté et les surprises de la vie de foi », a ajouté le pape.

« Vous êtes de bons éducateurs si vous savez impliquer toute personne pour le bien des plus jeunes », a estimé Benoît XVI. « Vous ne pouvez pas être auto-suffisants, mais vous devez faire sentir l'urgence de l'éducation des jeunes générations à tous les niveaux ».

Le pape a enfin rappelé l'importance de la « présence de la famille » sans laquelle on risque de « construire sur le sable » ; de la « collaboration avec l'école » sans laquelle « on ne peut pas former une intelligence profonde de la foi ».

Marine Soreau