Dialogue entre le pape et l’équipage de la Station spatiale internationale

Texte intégral

| 1511 clics

ROME, Lundi 23 mai 2011 (ZENIT.org) – Nous publions ci-dessous le texte du dialogue entre Benoît XVI et l’équipage de la Station spatiale internationale, le 21 mai. Le pape a pu s’entretenir avec eux durant une vingtaine de minutes par liaison vidéo, leur adressant cinq questions en anglais puis en italien.

Chers astronautes,

Je suis très heureux d’avoir cette possibilité extraordinaire de parler avec vous durant votre mission. Je suis particulièrement reconnaissant de pouvoir parler à un groupe aussi nombreux puisque les deux équipages sont présents en ce moment sur la Station spatiale.

L’humanité vit une période de progrès extrêmement rapide dans le domaine des connaissances scientifiques et des applications techniques. En un sens, vous êtes nos représentants, le fer de lance de l’humanité qui explore de nouveaux espaces et de nouvelles possibilités pour notre avenir, allant au-delà des limites de notre vie quotidienne.

Nous admirons tous votre courage, ainsi que la discipline et l’engagement avec lesquels vous vous êtes préparés pour cette mission. Nous sommes convaincus que vous êtes animés par de nobles idéaux et que vous souhaitez mettre les résultats de vos recherches et de vos efforts à la disposition de toute l’humanité et pour le bien commun.Cette conversation m’offre l’opportunité de vous exprimer mon admiration personnelle et mon appréciation, ainsi qu’à tous ceux qui collaborent pour rendre votre mission possible. Je vous encourage cordialement à la mener à terme avec succès et dans la sécurité.

Mais il s’agit d’une conversation, je ne dois donc pas être le seul à parler. Je suis très curieux d’écouter vos expériences et vos réflexions. Permettez-moi donc de vous poser quelques questions :

De la Station spatiale, vous avez une vision très différente de la Terre. Vous survolez plusieurs fois par jour les différents continents et nations. Je pense qu’il doit être évident pour vous que nous vivons tous sur une seule planète et qu’il est absurde de se battre et de s'entretuer. Je sais que la femme de Mark Kelly a été victime d’une grave agression et j’espère que sa santé continue à s’améliorer. Lorsque vous contemplez la Terre de là-haut, vous arrive-t-il de penser à la manière dont les nations et les peuples vivent ensemble ici-bas, ou à la manière dont la science peut contribuer à la cause de la paix ?

Mark Kelly, Etats-Unis : Je vous remercie pour vos aimables paroles, Sainteté, et je vous remercie d’avoir rappelé ma femme Gabby. C’est une très bonne question. En effet, nous survolons le monde et nous ne voyons pas de frontières, mais en même temps nous nous rendons compte que les gens se battent entre eux, et qu’il y a beaucoup de violence dans ce monde et que c’est vraiment dommage. Les gens se battent en général pour bien des raisons. Nous le voyons actuellement au Moyen-Orient : il en va en partie de la démocratie, mais souvent les gens se battent pour des ressources. Ce qui se passe dans l’espace est intéressant : sur la terre, les gens se battent pour de l’énergie, alors que dans l’espace nous utilisons l’énergie solaire et sur la station spatiale, nous avons des réserves énergétiques. La science et la technologie appliquées à la Station spatiale pour développer un potentiel d’énergie solaire nous fournit en réalité une quantité presque illimitée d’énergie. Si ces technologies pouvaient être adoptées davantage sur la terre, nous pourrions probablement réduire cette violence.

L’un des thèmes sur lesquels je reviens souvent dans mes discours concerne la responsabilité que nous avons tous envers l’avenir de notre planète. Je rappelle qu’il y a des risques graves pour l’environnement et pour la survie des générations futures. Les scientifiques nous disent que nous devons être prudents et d’un point de vue éthique, nous devons également développer notre conscience. De votre point d’observation extraordinaire, comment voyez-vous la situation de la Terre ? Voyez-vous des signes ou des phénomènes auxquels nous devons être plus attentifs ?

Ron Garan , Etats-Unis : Sainteté, c’est un grand honneur de parler avec vous. Vous avez raison : on jouit ici d’un point d’observation vraiment extraordinaire. D’une part, nous pouvons voir la beauté indescriptible de la planète qui nous a été donnée ; mais d’autre part, nous voyons clairement combien elle est fragile. Vue de l’espace, l’atmosphère par exemple, est mince comme une feuille de papier. Et cela fait réfléchir que cette strate si mince soit ce qui sépare chaque être vivant du vide de l’espace et de tout ce qui nous protège. Cela nous semble incroyable d’observer la terre suspendue dans le noir de l’espace et de penser que nous sommes tous ici ensemble, voyageant à travers l’univers au-dessus de cette belle et fragile oasis. Cela nous remplit d’espérance de penser que nous tous, à bord de cette incroyable Station spatiale construite grâce au partenariat international de nombreux pays, nous réalisons cet exploit extraordinaire. Cela montre qu’en travaillant ensemble et en coopérant, nous pouvons surmonter bon nombre des problèmes de notre planète et que nous pourrions résoudre nombre des défis que ses habitants doivent affronter. C’est un très bel endroit pour vivre et travailler et c’est un lieu incroyable pour admirer notre belle terre !

L’expérience que vous faites en ce moment est extraordinaire et très importante, même si vous devrez revenir sur la terre comme nous tous. Lorsque vous reviendrez, vous serez regardés avec admiration, vous serez traités comme des héros et votre voix fera autorité. Vous serez invités à raconter vos expériences. Quels seront les messages les plus importants que vous voudrez transmettre, aux jeunes en particulier, qui vivent dans un monde profondément marqué par vos expériences et vos découvertes ?

Mike Fincke, Etats-Unis : Sainteté, comme l’ont dit mes collègues, nous pouvons regarder au-dessous de nous et admirer cette splendide planète qui a été créée par Dieu et qui est la planète la plus belle de tout le système solaire. Mais si nous levons les yeux, nous voyons le reste de l’univers encore à explorer. La Station spatiale internationale n’est qu’un symbole, un exemple de ce que peuvent faire les êtres humains quand ils travaillent ensemble de façon constructive. Notre message donc – un de nos messages, mais je crois le plus important – est de faire savoir aux enfants, aux jeunes qu’il y a un univers tout entier à explorer et que si nous nous engageons ensemble, il n’y a rien que nous ne puissions accomplir.

L’exploration spatiale est une aventure scientifique fascinante. Je sais que vous avez, ces derniers jours, installé de nouveaux équipements pour la recherche scientifique et l’étude des radiations provenant d’espaces plus lointains. Mais je crois qu’il s’agit aussi d’une aventure de l’esprit humain, un puissant stimulant pour réfléchir sur les origines et sur le destin de l’univers et de l’humanité. Souvent, les croyants regardent vers le ciel infini et, méditant sur celui qui a créé tout cela, ils sont touchés par le mystère de sa grandeur. C’est pour cette raison que la médaille que j’ai confiée à Roberto (Vittori) comme signe de ma participation à votre mission, représente la création de l’homme – comme l’a peinte Michel-Ange sur le plafond de la Chapelle Sixtine. Dans votre travail intense et vos recherches, vous arrive-t-il de vous arrêter et de penser à cela, peut-être même aussi d’adresser une prière au Créateur ? Ou sera-t-il plus facile pour vous de penser à ces choses une fois que vous serez revenus sur la terre ?

Roberto Vittori, Italie : Sainteté, vivre à bord de la Station spatiale internationale, travailler comme astronaute est une expérience extrêmement intense. Mais quand la nuit tombe, nous avons tous la possibilité de regarder au-dessous de nous : notre planète, la planète bleue, est magnifique. Le bleu est la couleur de notre planète, le bleu est la couleur du ciel, le bleu est la couleur de l’aéronautique italienne qui m’a donné l’opportunité de rejoindre l'Agence spatiale italienne et l’Agence spatiale européenne. Quand nous avons un moment pour regarder au-dessous de nous, nous sommes saisis par beauté, qui est l'effet tridimensionnel de la beauté de la planète. Je prie pour moi, pour nos familles, pour notre avenir. J’ai apporté cette médaille avec moi et je la laisse flotter devant moi pour démontrer l’absence de gravité. Je vous remercie beaucoup pour cette opportunité et je voudrais que cette médaille flotte vers mon collègue et ami Paolo : il retournera sur la terre à bord du Soyuz. Je l’ai emmenée avec moi dans l’espace et il la ramènera sur terre pour vous la remettre.

Ma dernière question est pour Paolo. Cher Paolo, je sais que ces jours derniers, ta mère t’a quitté, et quand dans quelques jours tu rentreras chez toi, elle ne sera plus là à t’attendre. Nous avons tous été proches toi, moi aussi, j’ai prié pour elle... Comment as-tu vécu ce moment de douleur ? Dans votre Station, vous sentez-vous éloignés et isolés et souffrez-vous d’un sentiment de séparation, ou bien vous sentez-vous unis entre vous et insérés dans une communauté qui vous accompagne avec attention et affection ?

Paolo Nespoli, Italie 

Saint-Père, j’ai senti vos prières, vos prières sont arrivées jusqu’ici : c’est vrai, nous sommes hors de ce monde, en orbite autour de la Terre et nous avons un point de vue pour regarder la Terre et tout ce qu’il y a autour de nous. Mes collègues ici, à bord de la station - Dimitri, Kelly, Ron, Alexander et Andrei - ont été proches de moi en ce moment important pour moi, très intense, comme mes frères, mes sœurs, mes tantes, mes cousins, ma famille ont été proches de ma mère dans ses derniers instants. Je suis reconnaissant pour cela. Je me suis senti loin mais aussi très proche, et sûrement, le fait de vous sentir tous à côté de moi, unis en ce moment, a été d’un grand soulagement. Je remercie également l’Agence spatiale européenne et l’Agence spatiale américaine, qui ont mis des moyens à disposition afin que je puisse lui parler dans les derniers moments.

Paroles de conclusion du pape

Chers astronautes,

Je vous remercie cordialement pour cette très belle occasion de rencontre et de dialogue avec vous. Vous m’avez beaucoup aidé, moi et beaucoup d’autres personnes à réfléchir ensemble sur des questions importantes concernant l’avenir de l’humanité. Je forme les meilleurs vœux pour votre travail et pour le succès de votre grande mission au service de la science, de la collaboration internationale, du progrès authentique, et pour la paix dans le monde. Je continuerai à vous suivre dans mes pensées et mes prières et je vous donne avec plaisir la Bénédiction apostolique.

© Copyright du texte original plurilingue : Libreria Editrice Vaticana

Traduction française : Zenit