Dialogue interreligieux: "La culture du dialogue dans un monde globalisé"

Rencontre à Tripoli avec la World Islamic Call Society

| 307 clics

CITE DU VATICAN, Mercredi 17 avril 2002 (ZENIT.org) - "La culture du dialogue dans un monde globalisé": c´est le thème d´une rencontre interreligieuse entre catholiques et musulmans, organisée à Tripoli, en Libye.



Le Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux organise déjà depuis quelque temps, tous les quatre ou cinq ans, une rencontre avec une organisation pour la promotion de l´Islam, la “World Islamic Call Society”, la Société pour l’appel à l’Islam.

La rencontre se proposait de répondre à cette question: "Comment promouvoir la collaboration entre les religions dans un monde où la globalisation avance continuellement?"

Participaient à la rencontre 12 chrétiens choisis par le conseil pontifical, et 12 musulmans provenant de différents pays et choisis par l´organisation en Libye.

L´inauguration a vu la participation d´un public plus vaste, mais les trois jours suivants étaient consacrés aux échanges entre ces 24 interlocuteurs.

A l´ordre du jour était inscrit l´examen des relations entre l´Eglise catholique et l´Islam depuis une trentaine d´années, dans leurs points forts et leurs points faibles et les perspectives d´avenir.

Le cardinal Francis Arinze a confié à Radio Vatican ses impressions sur cette rencontre.

"Si l´on prend en considération le fait que la Libye est un pays où les chrétiens sont tous des étrangers, parce que la loi du pays ne permet pas aux citoyens de devenir chrétiens, on peut voir que même dans de telles situations, le dialogue n´est pas impossible", remarque le cardinal nigérian.

"Il y a aussi une Eglise locale, en Libye, rappelait le cardinal Arinze. Comme nous le faisons toujours dans notre dicastère, lorsque nous allons dans un pays pour quelque rencontre que ce soit, nous impliquons l´Eglise locale parce que l´Eglise est locale et universelle, et les deux dimensions doivent être maintenues ensemble et encouragées".

"Dans ce sens, nous pouvons dire, continuait le cardinal Arinze, que cette rencontre de quatre jours a été positive: les Libyens nous ont reçus avec une grande générosité. Il y a aussi eu la possibilité pour nous, de célébrer plusieurs fois la messe dans la cathédrale, et de rencontrer les différentes nationalités catholiques qui travaillent dans le pays: de cela nous rendons grâce à Dieu".