Dieu ne nous abandonne jamais, affirme Benoît XVI

Au terme d’un concert offert par le président hongrois

| 1410 clics

ROME, Lundi 30 mai 2011 (ZENIT.org) – Benoît XVI a rappelé la fidélité de Dieu, qui ne nous « abandonne jamais », au terme du concert offert, le 27 mai au soir, par le président hongroisPál Schmitt dans la Salle Paul VI au Vatican.

Une double occasion pour cet hommage : la présidence hongroise du Conseil de l’Union européenne et le bicentenaire du compositeur Franz Liszt, né le 22 octobre 1811, que le pape a immédiatement qualifié « d’artiste vraiment européen, un des plus grands pianistes de tous les temps ».

Le concert exécuté en son honneur par l’Orchestre philharmonique hongrois, par le chœur national et par le ténor István Horváth, a été dirigé par le chef d’orchestre Zoltán Kocsis.

Trois compositions de Listz ont été exécutées : la marche festive pour l’anniversaire de la naissance de Goethe, la Vallée d’Obermann et l’Ave Maria, suivis de l’exécution du Psaume 13 que le grand compositeur hongrois « a plus prié que composé ».

Ce Psaume fut en effet composé durant une période d’intense réflexion spirituelle du compositeur hongrois du 19esiècle qui, a rappelé Benoît XVI, reçut les ordres mineurs.

L’homme en prière est assailli par l’ennemi et Dieu semble absent. La prière est angoisse : « Herr, wie Lange? Jusqu’à quand Seigneur ? », répète le psalmiste de manière insistante : « Mais Dieu n’abandonne pas. Le psalmiste le sait et Listz lui-même, homme de foi, le sait aussi. « De l’angoisse naît une supplique pleine de confiance qui se termine dans la joie ».

La musique se transforme, a conclu le pape, en un « hymne de pleine confiance à Dieu qui ne trahit jamais, n’oublie jamais, ne nous laisse jamais seuls ».