Dieu ne se lasse pas de chercher l'homme

Dieu a toujours l'initiative, par Benoît XVI

| 1298 clics

Anne Kurian

ROME, mercredi 14 novembre 2012 (ZENIT.org) – Dieu ne se lasse pas de chercher l’homme, a déclaré Benoît XVI ce mercredi 14 novembre 2012.

Le pape a en effet poursuivi son cycle de catéchèse sur la foi, ce matin, dans la salle Paul VI du Vatican.

Il a d’abord rappelé « que l’initiative de Dieu précède toujours toute initiative de l’homme », ce qui signifie que dans le chemin de l’homme vers Dieu, c’est « Lui qui nous éclaire, nous oriente et nous guide », tout ceci, « en respectant toujours notre liberté », a précisé Benoît XVI.

Le pape a illustré son propos par l’expérience racontée par saint Augustin au livre X de ses "Confession": « ce n’est pas nous qui possédons la Vérité après l’avoir cherchée, mais c’est la Vérité qui nous cherche et nous possède ».

En outre, a-t-il ajouté, non seulement Dieu a l’initiative dans le chemin de foi de l’homme, mais « il ne se fatigue pas de nous chercher », car « il est fidèle à l’homme qu’il a créé et sauvé, il reste proche de notre vie, car il nous aime ».

Cette certitude doit accompagner le chrétien chaque jour, a-t-il estimé, dans un monde où il est difficile pour le chrétien de « communiquer la joie de l’Evangile », à cause de « certaines mentalités diffuses ».

Même le baptisé, a fait observer le pape, risque « d’être aveuglé par les scintillements de la mondanité, qui amenuisent notre capacité à parcourir » les chemins vers Dieu.

Alors que par le passé, en Occident, « c’était plutôt celui qui ne croyait pas qui devait justifier son incrédulité », aujourd’hui, c’est « la foi qui est souvent peu comprise, contestée, refusée », a constaté Benoît XVI.

Et cette situation de l’homme, « séparé de Dieu », a laissé place « à une conception ambigüe de la liberté, qui au lieu d’être libératrice finit par lier l’homme à des idoles », a-t-il poursuivi. Or, « si Dieu perd la centralité, l’homme perd sa juste place, il ne trouve plus sa place dans le créé, dans les relations avec les autres ».

Le pape a donc encouragé les baptisés à ne « jamais cesser d’affirmer la vérité sur l’homme et sur son destin », à savoir que « l’aspect le plus sublime de la dignité humaine se trouve dans cette vocation de l’homme à communier avec Dieu ».