Dieu présent dans l'amour des couples

Par le P. Radcliffe, o.p.

| 1571 clics

Propos recueillis par Séverine Jahan

ROME, jeudi 26 juillet 2012 (ZENIT.org) – Dieu est « présent dans l’amour des couples », y compris ceux qui sont en souffrance, notamment les couples divorcés-remariés. En effet, Jésus « n’est pas venu que pour les saints », aussi « personne ne doit être exclu pour toujours d’une pleine participation dans la vie de l’Eglise », déclare le P. Radcliffe.

Le P. Timothy Radcliffe est dominicain de l’Ordre des prêcheurs. Après avoir été Maître de l’Ordre, il partage désormais sa foi dans le monde entier. Il était l’un des intervenants principaux du rassemblement international des Equipes Notre Dame à Brasilia (cf. Zenit du 7 mai 2012) qui s’est clôturé, hier, 26 juillet 2012.

Chaque jour, le P. Radcliffe a proposé un enseignement particulier pour le couple à la lumière de la parabole du Bon samaritain. Séverine Jahan l’a rencontré.

Zenit - Que pensez- vous du charisme et de la vocation des Equipes Notre Dame ?

P. Timothy Radcliffe - Dans notre monde instable, il y a beaucoup de mouvements et de perturbations et c’est un enjeu pour l’Eglise d’accueillir ce mouvement de couple laïc. L’enjeu de la stabilité de la famille est garant de l’avenir, notamment envers la jeunesse afin qu’elle soit confiante face aux défis de la vie. Le couple, par le sacrement du mariage, est signe de l’Amour particulier de Dieu pour chacun d’entre nous mais aussi de son Amour universel. Ce rassemblement international à Brasilia est le signe universel de cet Amour. Il met en lumière l’unité entre l’Amour personnel de Dieu et son Amour universel.

Comment définiriez-vous la place des Equipes Notre Dame dans l’Eglise ?

Dans ce mouvement, je trouve intéressant la place des prêtres dans les équipes. Ce ne sont pas uniquement des guides mais des équipiers à part entière. Il me semble important que les prêtres trouvent des lieux où ils puissent être une personne vulnérable, où ils puissent exprimer leurs propres besoins, leurs joies et leurs difficultés. En effet, l’Amour qui est Trinité doit être égalité. Il est finalement assez rare pour les prêtres de trouver ces lieux d’égalité. Dans les équipes, ils sont chez eux, comme dans une famille. Par ailleurs, la vitalité de l’Eglise vient du peuple de Dieu et très souvent des laïcs. Saint Benoît n’était pas prêtre. Saint François d’Assise non plus… Il faut être le corps du Christ, être ses mains, être ses oreilles, être ses yeux, être sa bouche. L’évangélisation n’est pas parlée car l’essentiel réside dans l’incarnation, le Verbe fait chair. Le couple, source d’Amour, doit être incarné dans l’Amour de Dieu.

Vous citez souvent les couples en souffrance et notamment les couples divorcés-remariés dans vos enseignements…

Dieu est présent dans leur amour. Et là où il y a l’Amour, il y a le Christ. Les couples divorcés-remariés ont une vie difficile avec beaucoup de souffrance mais Jésus n’est pas venu que pour les saints ! Ils ont une place dans l’Eglise et vous laïcs, vous avez aussi un grand rôle à jouer pour les accepter et les aimer. Il ne faut pas regarder la personne comme étant en échec. Le plus grand défi est de voir ce qui est bon en chaque personne. Personne ne doit être exclu pour toujours d’une pleine participation dans la vie de l’Eglise. Le pape, lui-même est très préoccupé par cette question. Il cherche. Il y a un avenir pour tout le monde.

Quel message souhaitez-vous délivrer sur l’éthique sexuelle dans le couple?

Comme je vous l’ai effectivement dit, la sexualité n’est pas d’abord un acte physique mais une conversation. La première question à vous poser n’est pas : « est-ce permis ? » mais plutôt, « qu’est-ce que je veux lui dire ? » L’acte sexuel est un acte de communication de l’amour et un acte de communion au corps du Christ. Je vous encourage à contempler la Sainte Cène. Face à la mort, Jésus se donne aux disciples, « voici mon corps, voici mon sang donné pour vous ». C’est un acte eucharistique et lorsque je me donne, c’est aussi un acte de vulnérabilité. Pour vivre pleinement l’acte sexuel avec son conjoint, il faut donner sa vie à l’autre et rejoindre la vulnérabilité de Jésus dans la Sainte Cène. L’éthique sexuelle nous enseigne comment vivre notre disponibilité et notre générosité à l’Autre.