Discours du pape au Corps diplomatique : Face aux catastrophes, la fraternité

Il analyse les drames qui ont marqué l’année 2004

| 2211 clics

CITE DU VATICAN, lundi 10 janvier 2005 (ZENIT.org) – La réponse qu’il faut donner au terrorisme et aux catastrophes naturelles est celle de la fraternité, a expliqué Jean-Paul II ce lundi dans son discours aux membres du Corps diplomatique accrédité près le Saint-Siège.



Au début de son discours le pape a passé en revue les drames qui ont marqué l’année 2004.

Il a d’abord évoqué la « terrible catastrophe naturelle qui a frappé, le 26 décembre dernier, divers pays du sud-est asiatique, touchant aussi les côtes de l’Afrique orientale ».

Le pape a ensuite expliqué que cette année a été également marquée « par d’autres calamités naturelles, comme les cyclones qui ont dévasté l’Océan Indien et la mer des Antilles, comme les invasions de criquets qui ont ravagé de très vastes étendues de l’ouest de l’Afrique du Nord (…) comme les actes barbares de terrorisme qui ont ensanglanté l’Irak et d’autres États dans le monde, le tragique attentat de Madrid, le massacre terroriste de Beslan, les violences inhumaines infligées à la population du Darfour, les atrocités perpétrées dans la région des Grands Lacs en Afrique ».

« Notre cœur en est troublé et angoissé », a reconnu le pape, mais « dans le Christ, qui naît frère de tout homme et qui se place à nos côtés, c’est Dieu lui-même qui nous adresse l’invitation à ne jamais nous décourager, mais à vaincre les difficultés, aussi grandes soient-elles, en renforçant et en faisant prévaloir sur toute autre considération les liens communs d’humanité ».

« Partout où il y a un homme, s’établit pour nous un lien de fraternité », a-t-il poursuivi.

Le pape a ensuite repris le thème de son message pour la Journée mondiale de la Paix, le 1er janvier : « Ne te laisse pas vaincre par le mal mais sois vainqueur du mal par le bien », qu’il a proposé aux membres du Corps diplomatique.

« Ce message est aussi pertinent en ce qui concerne les relations internationales, et il peut aider chacun à répondre aux grands défis de l’humanité d’aujourd’hui », a déclaré Jean-Paul II.