Dix ans après sa mort, le cardinal Kung reste un exemple

Sa fidélité au pape lui avait valu 30 ans de prison

| 1772 clics

ROME, Vendredi 19 mars 2010 (ZENIT.org) - L'évêque émérite de Hong Kong propose aux évêques chinois de suivre l'exemple du cardinal Ignatius Kung Pin-mei, mort il y a dix ans, mais qui n'en reste pas moins un modèle.

Lors d'une messe à la mémoire du cardinal Kung, décédé aux Etats-Unis le 12 mars 2000, le cardinal Joseph Zen Ze-kiun, a proposé de suivre l'exemple de l'ancien évêque de Shanghai, affirmant, devant une quarantaine de fidèles, qu'il pouvait être un soutien pour résister aux tentations.

« Presque tous les évêques chinois des communautés officielles ont été reconnus par le pape (...), mais certains ne sont pas revenus, et d'autres ont déclaré leur soutien à une Eglise indépendante et autonome », a rappelé le cardinal Zen. « Certains d'entre eux luttent, doutent, à cause de tentations et de pressions ».

Tout en reconnaissant que ces évêques ne peuvent être jugés ou critiqués et admettant « nous n'avons pas vécu leurs difficultés », le cardinal a appelé à prier pour les évêques chinois, afin qu' « ils puissent suivent le modèle du cardinal Kung ».

Le cardinal Kung est mort à Stamford, dans le Connecticut, à 98 ans. Sa fidélité au pape lui a valu plus de 30 années de prison.

En 1988, le gouvernement chinois lui avait permis de se rendre aux Etats-Unis pour recevoir des soins médicaux. Il était depuis trois ans en liberté conditionnelle et résidence surveillée.

Le cardinal a vécu aux Etats-Unis avec son neveu jusqu'à sa mort. Le pape Jean Paul II l'avait créé cardinal in pectore en 1979, alors qu'il était encore en prison.