Dix mille étudiants autour du pape pour se préparer à Noël

Le vrai visage de Dieu dans l'Enfant de Bethléem

| 1479 clics

ROME, vendredi 16 décembre 2011 (ZENIT.org) – Quelque dix mille étudiants de Rome se sont rassemblés, jeudi soir, 15 décembre, autour de Benoît XVI, pour prier les vêpres d’entrée dans la grande neuvaine préparatoire à Noël. « Le vrai visage de Dieu est dans l’Enfant de Bethléem », a affirmé le pape.

La rencontre était organisée par la pastorale universitaire de Rome qui célèbre ses 20 ans: elle a été instituée par Jean-Paul II. En cette troisième semaine de l'Avent, la célébration avait pour thème: « La question de Dieu aujourd’hui ».

Le pape la confié aux jeunes qu’il avait « confiance dans leur témoignage de fidélité » et dans leur « engagement apostolique ».

“Tel est le voeu que je fais à la communauté académique romaine: apportez à tous l’annonce que le vrai visage de Dieu est dans l’Enfant de Bethléem, si proche de chacun de nous que persone ne peut se sentir exclu, personne ne doit douter de la possibilité de la rencontre, parce qu’Il est le Dieu patient et fidèle qui sait attendre et respecter notre liberté”.

“Dans la grotte de Bethléem, a expliqué le pape, la solitude de l’homme est vaincue et nous pouvons projeter l’histoire de l’humanité non dans l’utopie mais dans la certitude que le Christ est présent et nous accompagne”.

C’est pourquoi Benoît XVI a invité les étudiants de son diocèse à accueillir cet Enfant dans leurs bras, à “repartir de Lui et avec Lui pour affronter toutes les difficultés” et construire la cité de l’homme “en alliant foi et culture”.

“Nous sommes pas les seuls à construire l’histoire, Dieu n’est pas loin de l’homme mais s’est penché sur lui et s’est fait chair”, a fait observer Benoît XVI.

Et face à ce monde qui “court”, le pape invite les universitaires à “imiter le comportement de l’agriculteur” qui prépare le terrain et “attend avec constance le précieux fruit de la terre”. Et pendant cette attente, le pape les invite à s’arrêter, à réfléchir, et à préparer leur coeur à la venue du Christ dans la grotte de Bethléem, “mystère ineffable de lumière et d’amour de grâce”.

“C’est justement dans la patience, dans la fidélité et dans la constance de la recherche de Dieu, de l’ouverture à Lui que [Dieu] révèle son visage. Nous n’avons pas besoin d’un dieu général, indéfini, mais du Dieu vivant et vrai, qui ouvre l’horizon de l’avenir de l’homme et une perspective d’une espérance solide et sûre, une espérance riche d’éternité et qui permette d’affronter avec courage le présent dans tous ses aspects”, a ajouté le pape.

“La grande espérance du monde nous est donnée” insiste le pape et “nous ne sommes pas seuls et nous ne sommes pas les seuls à construire l’histoire”: “Dieu n’est pas loin de l’homme, mais il s’est penché sur lui et il s’est fait chair, afin que l’homme comprenne où réside le fondement solide de tout, l’accomplissement de ses aspirations les plus profonde: dans le Christ”.

Pour Benoît XVI, la patience est la vertu de ceux qui se confient en la présence du Christ dans l’histoire et qui “ne se laissent pas vaincre par la tentation de placer leur espérance dans l’immédiat”, dans des “projets techniquement parfaits mais loin de la réalité la plus profonde qui donne à l’homme la dignité la plus élevée”: c’est-à-dire le fait “d’être créature à l’image et à la ressemblance de Dieu”.

“Combien de fois les hommes ont-ils tenté de costruire un monde tout seuls, sans ou contre Dieu! Le résultat est marqué par le drame d’idéologies qui, à la fin, se sont démontrées [être] contre l’homme et sa dignité profonde. Etre constants et patients signifie apprendre à construire l’histoire avec Dieu, parce que c’est seulement en l’édifiant sur lui et avec lui que la construction est bien fondée, non instrumentalisée à des fins idéologiques, mais vraiment digne de l’homme ».

A l'issue de la liturgie, la délégation universitaire espagnole a transmis l'icône de “Marie trône de la Sagesse” aux étudiants de l'université de Rome "La Sapienza", qui accueillera pour la première fois lle pèlerinage de la Vierge dans les chapelles universitaires de la ville. L'itinéraire s’achèvera par un symposium international des enseignants, en juin 2012.

ASB