Dresde-Cologne: 40 jours, 750 km, le « pèlerinage de la Croix »

Préparation spirituelle à la JMJ

| 991 clics

ROME, Mardi 5 juillet 2005 (ZENIT.org) – Le compte à rebours des XXe Journées Mondiales de la Jeunesse commence le 8 juillet par un pèlerinage de 40 jours, avec la Croix des JMJ de Dresde, la ville martyre de la seconde guerre mondiale, jusqu’à Cologne, comme le souligne spécialement l’agence vaticane Fides.



Le compte à rebours des XXe Journées Mondiales de la Jeunesse (11-21 août 2005), commence le vendredi 8 juillet, avec le pèlerinage « sur les traces de la Croix » qui commencera pas une célébration œcuménique dans la Chapelle royale de Dresde. Pendant 40 jours, la Croix des Journées Mondiales de la Jeunesse sera portée à pieds par des jeunes, accompagnés par les évêques, de Dresde à Cologne.

Les organisateurs ont choisi la durée de 40 jours pour la signification que ce nombre a dans la tradition biblique et chrétienne : il indique en effet une période de préparation intense à un événement de particulière importance. Etant donné que le temps de la préparation à Pâques dure 40 jours, le pèlerinage de la Croix, d’une durée de 40 jours, veut être ainsi un élan spirituel en préparation aux JMJ. Il se terminera le 16 août avec l’arrivée de la Croix pour la cérémonie d’inauguration des JMJ à Cologne.

Durant leur pèlerinage, les jeunes parcourront plus de 750 kilomètres, avec des étapes journalières de 20 kilomètres. L’itinéraire s’inspire, comme direction de marche et comme contenu, aux Rois Mages, dont les reliques sont conservées dans la cathédrale de Cologne. Comme les Mages ont commencé leur voyage en suivant l’étoile depuis l’orient, les jeunes pèlerins des JMJ eux aussi partent de l’est et vont vers l’ouest.

L’itinéraire du pèlerinage suit des parcours anciens : la première partie, de Dresde à Vacha, se déroule sur la « Via Regia », de Vacha à Cologne, on parcourra des parties du chemin de Sainte Elizabeth, et le chemin de Saint Jacques. Le long de la route, les participants au pèlerinage passeront la nuit, toujours selon la tradition des pèlerinages antiques, dans les locaux mis ! à leur disposition par des paroisses catholiques et luthériennes.