« Eclairer aussi l'intérieur »: Fête des Lumières à Lyon

La mission du 8 décembre, solennité de l'Immaculée

| 1977 clics

ROME, mercredi 7 décembre 2011 (ZENIT.org) - Pour la fête de l’Immaculée Conception de Marie, traditionnellement marquée à Lyon, le 8 décembre, par la « Fête des Lumières », ce diocèse lance à tous une nouvelle invitation : « Eclairez aussi l’intérieur ». Les catholiques sont spécialement invités à accueillir cette lumière intérieure pour se mettre en « mission » auprès des visiteurs.
Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, a souhaité que les « journées de mission », qui auront lieu dans son diocèse du 8 au 11 décembre 2011, soient l’occasion d’« exposer la beauté » et la « lumière » de la foi. Environ trois millions de personnes sont attendues à Lyon.
A l’initiative de l’Eglise, la ville s’est récemment couverte de grands panneaux proclamant « Merci Marie », et sur lesquelles on peut découvrir un portrait de la Vierge illuminé par des lumignons rouges, brillant dans l’obscurité de la nuit.

Une tradition séculaire

La colline de Fourvière est un haut-lieu de dévotion mariale depuis le Moyen-âge. Au XVIIe siècle, les lyonnais ont en effet été épargnés de la peste qui sévissait dans le sud de la France, en se plaçant sous la protection de la Vierge Marie.
L’histoire des illuminations, quant à elle, remonte à l’année 1852. Le clocher de la vieille chapelle de Fourvière venait d’être reconstruit. Il devait être inauguré le 8 décembre, fête de l’Immaculée Conception.
Ce jour-là, une pluie torrentielle s’abattit sur la ville. Le soir venu, cependant, le ciel s’éclaircit et la pluie s’arrêta. La tradition raconte que tous les lyonnais, sans se concerter, illuminèrent leur maison, leur échoppe, leur voiture… et toute la population sortit dans la rue dans l’allégresse, chantant des hymnes à Marie.
Les illuminations du 8 décembre étaient dès lors instituées. Depuis, chaque année, le soir du 8 décembre, les Lyonnais illuminent leur ville pour la fête de l’Immaculée Conception.

« Eclairez aussi l’intérieur »

S’adressant à « celles et ceux qui allument des lumignons à leurs fenêtres, au soir de la solennité de l’Immaculée Conception, aux foules de visiteurs qui viennent admirer notre ville éblouissante durant ces quatre jours de la « Fête des lumières », le cardinal Barbarin propose un chemin spirituel de redécouverte de l’intériorité: « Éclairez aussi l’intérieur ».
Le cardinal Barbarin invite à accueillir le « cadeau intérieur que Dieu dépose dans le cœur de ses enfants, quand les portes lui sont ouvertes ». « Puisque tous les regards se tournent, durant ces journées, vers Notre-Dame de Fourvière », l’archevêque encourage à écouter la Vierge Marie « dévoiler quelque chose du trésor de sa vie intérieure. »

Les « Missionnaires du 8 »



Dans une exhortation du cardinal sur la web-TV de Fourvière, le Primat des Gaules invite ses diocésains à la « mission du 8 », « pour que nous soyons très nombreux ». Citant « une des phrases missionnaires les plus fortes de Jésus », le cardinal Barbarin rappelle aux chrétiens : « Vous êtes la lumière du monde ». « Il y a dans ton baptême, poursuit-il, une source de lumière intérieure ». D’ailleurs, ajoute-t-il, on appelle le baptême « sacrement de l’illumination ».
L’archevêque souhaite que ces journées de mission servent à « montrer la beauté des choses : montrer à tous les touristes, pèlerins, visiteurs, qu’il y a là une lumière merveilleuse et qui leur est destinée, et qui peut venir en eux. »
Il s’agit donc « d’en exposer la beauté. » : « Je compte beaucoup sur vous, insiste-t-il, non pas seulement pour le « spectacle grandiose » mais pour aider à ouvrir les cœurs à la lumière qui se donne dans notre ville et dans ses plus beaux édifices. »
Les « missionnaires du 8 » peuvent s’inscrire sur le site du diocèse, pour des services variés selon les talents de chacun : évangélisation, adoration, boissons, cuisine, vaisselle, sécurité, logistique, chapelet, messe... 


Initiatives, aussi pour les enfants

L’un des mots d’ordre de ces journées est « Accueil » : sur les parvis, dans les églises, autour d’un chocolat ou de vin chaud, de friandises, au cours de visites de patrimoine, lors de concerts, tous les visiteurs seront accueillis par les « missionnaires du 8 ». Pour cet accueil, le cardinal Barbarin conseille la « disponibilité » et de « ne pas s’imposer ».
Il y aura trois principaux lieux de « mission » : la basilique Notre-Dame de Fourvière ; la cathédrale Saint-Jean ; le sanctuaire Saint-Bonaventure. A ces sanctuaires, s’ajoutent une trentaine de paroisses de Lyon. Par les adorations, messes, offices, rosaires, qui seront animés dans toutes ces églises, cette prière perpétuelle fera vibrer toute ville de Lyon vibrera.
Les visiteurs pourront également découvrir les richesses culturelles de l’Eglise à travers des visites guidées, des conférences, des expositions, des concerts. Ce sera notamment l’occasion de découvrir la rénovation de la façade de la cathédrale Saint-Jean, tout juste achevée. 

Même les enfants bénéficieront de moments qui leur seront adaptés, lors de processions, de célébrations, de prières en famille.
Demain, 8 décembre, les visiteurs pourront participer à la montée aux flambeaux, de la cathédrale Saint-Jean à Notre-Dame de Fourvière. Elle sera suivie de la messe des jeunes, présidée par le cardinal Barbarin.
De nombreuses communautés y participeront notamment la communauté de l’Epiphanie et de la Croix ; le Chemin Neuf ; Recado ; l’Emmanuel ; les Carmélites du Saint-Esprit ; Marie Reine Immaculée ; Saint-Joseph ; Palavra viva. On note également la participation d’artistes comme les groupes Alive et la Cène, Ephata, Recado, ainsi que Michaël Dor, écrivain.

L’Immaculée Conception, signe d’espérance

Le 8 décembre 1854, par la Bulle « Ineffabilis Deus », le pape Pie IX définissait le dogme en ces termes : "Nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine qui tient que la bienheureuse Vierge Marie a été, au premier instant de sa conception, par une grâce et une faveur singulière du Dieu tout puissant, en vue des mérites de Jésus Christ, Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel, est une doctrine révélée de Dieu, et qu’ainsi elle doit être crue fermement et constamment par tous les fidèles ".
Autrement dit, c’est par une anticipation divine que Marie a bénéficié des fruits de la Rédemption opérée par le Christ : elle a été préservée dès sa conception du « péché originel » qui se transmet à chaque être humain. Pour le chrétien, lavé du péché originel par le baptême, elle devient le modèle vers lequel tendre par une vie de sainteté. Les chrétiens regardent vers Marie comme vers la promesse de Dieu pour toute l’humanité. C’est la fête de l’espérance.
Mgr Patrick Le Gal, évêque auxiliaire du diocèse de Lyon, explique que « le salut vient du Christ, notre unique Sauveur à tous ». Par conséquent, « la grâce de l’Immaculée Conception vient du Christ - par anticipation ».
« Ainsi, ajoute-t-il, quand on fête l’Immaculée Conception, c’est d’abord - ne nous trompons pas - le Christ et la puissance du salut qu’il opère que l’on célèbre. »
Il fait remarquer par ailleurs que si « aujourd’hui, on parle plutôt de la « fête des lumières » et non de l’Immaculée Conception » c’est peut-être parce que l’expression "Immaculée Conception" n’est pas facile à comprendre.
« Il serait sûrement souhaitable, poursuit l’évêque, de permettre aux chrétiens - aux jeunes en particulier, qui en ont plus besoin pour engager leur vie - de saisir la richesse du salut, la puissance de la libération que nous apporte le Christ et dont ce mystère de l’Immaculée Conception est une illustration magnifique. »

Anne Kurian