Ecosse : Benoît XVI s’oppose à un projet de loi sur l’euthanasie

Il appelle les évêques à défendre l’Evangile sans compromis

| 2121 clics

ROME, Vendredi 5 février 2010 (ZENIT.org) - Benoît XVI a fait allusion à un projet de loi écossais sur la fin de vie, dans son discours aux évêques d'Ecosse en visite ad limina. Le pape a rappelé que l'Eglise défend la vie « sans compromis » et a invité les évêques à défendre l'Evangile face à qui voudrait en « diluer » la force. Le pape a également mentionné l'année sacerdotale et les 400 ans de l'ordination d'un grand martyr d'Ecosse, saint John Ogilvie.

Un projet de loi visant la légalisation de l'euthanasie a en effet été présenté en janvier dernier au Parlement d'Ecosse.

« Le soutien à l'euthanasie frappe au coeur même de la compréhension de la dignité de la vie humaine », a protesté Benoît XVI dans ce discours en anglais publié par la salle de presse du Saint-Siège.

Le pape a également exprimé son inquiétude devant des « développements récents en matière d'éthique médicale » et certaines « pratiques » en matière d'embryologie.

Benoît XVI se montre particulièrement vigilant pour ce qui est des lois en préparation.

Lundi dernier, dans son discours aux évêques d'Angleterre, le pape a mis en garde contre un projet de loi sur l'égalité des chances - « the Equality Bill » -, qui pourrait avoir pour conséquence d'obliger l'Eglise à embaucher du personnel qui ne corresponde pas à ses choix éthiques.

Le grand rabbin Jonathan Sacks a apporté son soutien à cette position du pape pour la « liberté des communautés religieuses » et pour les « fondements » des « droits de l'homme » dans le Times de mercredi.

Il semblerait que le gouvernement britannique, qui préfère certainement un climat de détente dans cette phase de préparation du voyage que le pape a confirmé pour septembre prochain, fasse marche arrière.

Lors de l'audience générale du 16 décembre dernier sur Jean de Salisbury, justement un Anglais, le pape avait fait observer que les lois équitables sont celles qui « protègent le caractère sacré de la vie humaine et qui repoussent la légalisation de l'avortement, de l'euthanasie et des expériences génétiques irresponsables, des lois qui respectent la dignité du mariage entre l'homme et la femme » (cf. Zenit du 16 décembre 2009).

Déjà, le 18 février 2009, Benoît XVI avait recommandé la promotion d'une « législation juste » et qui « protège la vie humaine », aux Etats-Unis, lors de sa rencontre avec Mme Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants aux Etats-Unis.

Le pape avait rappelé à cette occasion que « la loi morale naturelle et l'enseignement constant de l'Eglise sur la dignité de la vie humaine de sa conception à sa mort naturelle imposent à tous les catholiques, spécialement les législateurs, les juristes, et les responsables du bien commun de la société, de coopérer avec tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté pour promouvoir une législation juste, visant à protéger la vie humaine dans tous ses moments ».

En 2009 aussi, après les Pays-Bas et la Belgique, le Luxembourg est devenu le troisième pays de l'Union européenne à dépénaliser l'euthanasie.

Anita S. Bourdin