Ecosse : Des responsables chrétiens s’opposent au remplacement du dispositif d’Armes Nucléaires Trident

Dans une lettre envoyée aux parlementaires

| 1587 clics

ROME, Mardi 20 mars 2007 (ZENIT.org) – Les responsables de l’Eglise catholique et des principales communautés chrétiennes présentes en Ecosse ont adressé, le 14 mars dernier, une lettre aux parlementaires écossais dans laquelle ils expriment leur opposition au remplacement du Système d’Armes Nucléaires Tridents.



Dans leur lettre, les responsables religieux demandent aux parlementaires de voter « contre cette proposition du Gouvernement lorsqu’ils devront se prononcer sur la question ».

La lettre rappelle que « la longue opposition de l' Eglise écossaise aux armes nucléaires en général et aux Trident en particulier avait été réaffirmée par le modérateur de l’Assemblée générale de l’Eglise d’Ecosse, le révérend Alan McDonald, et par le président de la Conférence des Evêques catholiques d’Ecosse, le cardinal Keith O’Brien, dans leur message de Nouvel An ».

« Nous demandons à ce que nos députés prennent position en faveur des principes de paix et qu’ils aient le courage de refuser d’accorder leur soutien au remplacement du dispositif Trident, disaient-ils. La paix ne peut avancer en commandant de nouvelles armes de destruction de masse ».

Les responsables chrétiens soulignent dans leur lettre que les Eglises d’Ecosse ont une longue histoire d’opposition aux armes nucléaires, qui est enracinée dans leurs traditions sociales.

Ils rappellent également certaines prises de position des Eglises : « Si utiliser ces armes [nucléaires] est immoral il est également immoral de menacer de les utiliser » (Evêques catholiques d’Ecosse, 1982). Un point de vue que l’Assemblée générale de l’Eglise d’Ecosse a réaffirmé en mai 2006, tout en appelant le gouvernement à ne pas renouveler le Trident.

En avril 2006, les évêques catholiques d’Ecosse avaient lancé un appel contre le remplacement du Trident, tout en préconisant même son retrait définitif, afin d’économiser les dépenses et investir les fonds dans des programmes favorisant le développement ; « remplacer le Trident équivaudrait à dire que la sécurité ne peut-être obtenue qu’en menaçant de destruction de masse ; ceci est encourager d’autres personnes à croire la même chose, et encourager la prolifération nucléaire » (Assemblée Générale de l’Eglise d’Ecosse, 2006).

« L’objection des Eglises – poursuit le texte – partage les arguments émis par tous ceux qui, dans la société civile, ce déclarent opposés au maintien des armes nucléaires. Nous pensons que cela est contraire au Traité de Non Prolifération Nucléaire qui est, en effet, un accord entre les Etats nucléaires ( qui se sont engagés à réduire progressivement leurs dépôts d’armes) et les Etats non nucléaires (qui se sont engagés à ne pas les développer) ».

« Cette décision serait l’ultime démonstration d’une attitude hypocrite, souligne-t-on plus loin. Le Royaume-Uni ne peut à la fois soutenir par exemple que l’Iran ne devrait pas développer sa capacité d’armes nucléaires et prévoir de l’autre une augmentation de ses capacités nucléaires ».

Le message rappelle enfin qu’une pétition, parrainée par l'Eglise d'Ecosse, l’Eglise épiscopale d’Ecosse et par l’Eglise catholique, affirmant que le Trident ne devrait pas être remplacé, a été remise au Ministère de la Défense avec 20.000 signatures, le 1er décembre 2006.