Eduquer les enfants à la liberté : priorité de Jean-Paul II pour les familles

Il ouvre le synode diocésain sur la famille

| 237 clics

CITE DU VATICAN, Jeudi 12 septembre 2003 (ZENIT.org) - A Banska Bystrica, le pape a lancé vendredi matin, lors de la messe en l’honneur du saint Nom de Marie, le synode diocésain sur le thème de la famille.



Le pape a gagné vendredi matin en avion depuis Bratislava la ville de Banská Bystrica, distante de quelque 190 km. Il a ensuite fait en voiture le trajet jusqu’au centre ville où il a présidé la messe du Saint Nom de Marie, Place de la « Renaissance nationale ».

Des protestants, nombreux dans cette région s’étaient unis aux catholiques.

Dans son homélie, lue par le cardinal Tomko, et scandée par des applaudissements de la foule, le pape a exhorté les familles à éduquer leurs enfants à la « liberté ».

La famille est en effet la priorité pastorale choisie par l’évêque pour le synode diocésain dont cette messe était le coup d’envoi.

Après avoir commenté l’évangile de l’Annonciation, le pape demandait : « Quelle est la leçon de Marie? Elle nous montre la voie de la liberté accomplie. Aujourd'hui, beaucoup de baptisés ne manifestent pas leur foi de manière adulte et consciente. Ils se disent chrétiens mais ne répondent pas avec responsabilité à la grâce reçue, ne sachant pas encore ce qu'ils veulent et pourquoi ils le veulent ».

« La leçon est qu'il faut avant tout s'éduquer aujourd'hui à la liberté. Il est ainsi prioritaire que les familles, les parents, éduquent leurs enfants à la vraie liberté, de manière à les préparer à bien répondre à l'appel de Dieu. Les familles sont le vivier où croissent les nouvelles générations, le lieu où se forge la Nation de demain », expliquait Jean-Paul II.

« Marie a cru, disait encore l’homélie, et c'est pourquoi elle a dit oui. Sa foi est devenue vie, engagement envers Dieu, qui l'a comblée par une maternité divine, et engagement envers l'autre, qui attend son aide, en la personne de sa cousine Elisabeth ».

« Chers frères et soeurs, exhortait le pape, donnons de la place à Dieu! Chacun est appelé, dans la riche variété des vocations, à suivre l'exemple de Marie, à accueillir Dieu dans sa vie en parcourant le monde avec lui, en proclamant son Evangile, en témoignant de son amour ».

Le pape n’a pas manqué de souligner combien cette place constitue « un lieu symbolique de l'histoire de cette ville », qui appelle « au respect et à la dévotion de vos pères envers le Tout-Puissant et envers la Vierge ». Elle évoque aussi « la tentative d’un régime sinistre, il y a quelques années, de profaner ce précieux héritage ».

« La statue de la Vierge est le témoin silencieux de tout ceci », soulignait le pape : en effet la statue de la Vierge, en haut d’une colonne, semble veiller sur la ville qui invoquait aujourd’hui son Nom.