Egypte : le card. Sandri manifeste la sollicitude de l'Eglise

Et plaide pour la liberté religieuse

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 882 clics

Le cardinal Sandri a manifesté la sollicitude de l’Eglise pour les peuples d’Egypte et de tout le Moyen-Orient, plaidant pour la liberté religieuse et pour la fin de l’hémorragie des chrétiens dans cette région.

Le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Eglise orientales, a conclu ce jour sa visite pastorale en Egypte, du 6 au 11 janvier 2013 (cf. Zenit du 10 janvier 2013). Il y a rencontré la communauté catholique de rite oriental et latin, mais aussi les chrétiens orthodoxes

Le cardinal a notamment inauguré, une nouvelle église consacrée à Notre-Dame de la Paix, à Sharm-El-Sheik. L'édifice a été réalisé grâce à la contribution de l'éparchie copte catholique d’Ismaylhiah, de la nonciature apostolique en Egypte, du consulat italien, de l’Aide à l’Eglise en détresse, selon L’Osservatore Romano du 11 janvier 2013.

La sollicitude de l’Eglise

A cette occasion, le cardinal a demandé de prier « pour tous les chrétiens qui souffrent et pour toutes les populations victimes des guerres, toujours insensées ».

Sa visite, a-t-il expliqué, répond à la volonté de « faire sentir aux régions orientales la sollicitude de l’Eglise », avec une pensée particulière aux chrétiens de la Syrie et de l'Irak, « si blessés par la violence des hommes, mais immergés par la grâce de Dieu dans la blessure ouverte du côté du Christ ».

Il a exprimé la préoccupation de l’Eglise pour la gravité de la situation des chrétiens dans tout le Moyen Orient, rappelant en particulier l’histoire de la vocation à l’accueil de la terre égyptienne, souhaitant que cette vocation se traduise aussi dans les structures politiques du pays.  

Stopper l’hémorragie des chrétiens

Le cardinal a partagé ces préoccupations lors de ses visites au patriarche grec orthodoxe d'Alexandrie, Theodore II, et au patriarche Tawadros, nouveau patriarche copte orthodoxe d'Alexandrie.

Les échanges, caractérisés par une grande cordialité, ont souligné la nécessité que les catholiques et orthodoxes s'unissent, en particulier pour œuvrer à la fin des souffrances du peuple syrien.

Mais également pour redonner paix et sérénité à tous les chrétiens de la région, de façon à stopper l’hémorragie qui risque d’y effacer leur présence.

Pour la liberté religieuse

Le cardinal a également rencontré les responsables des activités apostoliques en Egypte, le 9 janvier, les encourageant à s’engager pour la diffusion de l’Evangile, tout en n’oubliant pas de « faire des haltes à l’oasis » afin que leur foi « soit revigorée dans la beauté de l'amitié avec Dieu », à l’exemple du Christ dont « les journées étaient précédées et closes par un intense dialogue avec le Père ».

Il a fait observer que « protéger et cultiver la foi dans la culture constitue un domaine privilégié de la mission pastorale ». Il a invité à ce propos à « développer la collaboration entre les divers centres de l'action pastorale et missionnaire de cette nation ».

Il a conclu en souhaitant « la défense des chrétiens auxquels n’est pas reconnue la liberté religieuse. Que soit garanti à tous indistinctement, mais aussi aux chrétiens, de professer leur credo ».