Egypte : Une « fatwa » condamnne à mort un jeune couple devenu chrétien

| 2305 clics

ROME, Mardi 21 août 2007 (ZENIT.org) – En Egypte, une fatwa (sentence religieuse) condamnne à mort un jeune de 25 ans, Mohamed Hegazy, et sa femme, qui ont embrassé le christianisme.



La fatwa a été lancée par le recteur de la faculté d’études islamiques de la prestigieuse université Al Azhar du Caire.

Militant politique, Mohamed Hegazy avait abandonné l’islam à l’âge de 16 ans, et il a maintenant demandé que le changement de religion soit enregistré sur sa carte d’identité. Constamment menacé, le jeune couple est condamnné à vivre dans la clandestinité.

Camille Eid, journaliste et co-auteur d’un livre sur la situation des msusulmans qui ont demandé le baptême, a confié aujourd’hui au micro de Radio Vatican: « Chaque année, il y a des nouvelles de ce genre, que je récupère dans la presse arabe ou islamique en général. Par exmple, la presse algérienne a insisté ces derniers mois sur la conversion au christianisme de milliers d’algériens, surtout dans la zone habitée par les Berbères de Kabilie. Il y a des cas semblables en Turquie, en Tunisie, dans les pays du Moyen Orient, et le cas de Hegazy n’est donc pas isolé ».

Il précisait que l’université Al Azhar est « à la foi publique et religieuse, parce que le département des études religieuses a une autorité effective et ce n’est pas une fatwa lancée par n’importe quel groupe musulman : ses décrets religieux sont très écoutés ».

Pour ce qui concerne la situation des chrétiens en Egypte, l’auteur souligne qu’ils sont « libres de pratiquer leur culte, d’aller à l’église, de célébrer les mariages, les funérailles », mais « ils rencontrent des difficultés dans la construction, l’édification de nouveaux lieux de culte, la restaurations de leurs églises ». « D’autre part, ajoute-t-il, les Coptes subissent une discrimination dans l’attribution de charges institutionnelles ».

Il précisait, à propos des chrétiens Coptes : « J’ai personnellement eu l’occasion il y a quelque temps de demander à l’un des chefs de l’Eglise copte pourquoi ils n’accueillent pas les demandes de baptême des musulmans désireux d’embrasser la foi chrétienne et il me disait qu’ils craignent que ce soit un piège des services secrets pour les mettre à l’épreuve et voir s’ils accueillent ou non ces demandes ».