« Emmaüs des Croisés » : Centenaire de la Dédicace de l’église d’Abu Gosh

Jean-Marie Allafort retrace l’histoire d’une présence monastique en Israël

| 1198 clics

ROME, Lundi 14 janvier 2008 (ZENIT.org) - Les moines et moniales de l'abbaye bénédictine d'Abu Gosh - sur le site d'Emmaüs des croisés, à l'ouest de Jérusalem -, ont célébré avec leurs amis le centenaire de la dédicace de l'église Sainte-Marie de la Résurrection, le 1er décembre dernier, rapporte Jean-Marie Allafort dans « Un écho d'Israël ».

La messe solennelle a été présidée par le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, venu spécialement de Rome, en présence du patriarche latin de Jérusalem, Mgr Michel Sabbah et de l'abbé général de la congrégation des bénédictins olivétains, Dom Michelangelo Tiribilli, rapport la même source.

Dans son homélie, le cardinal Tauran, a rappelé le sens de la fête d'une dédicace : « Cette église est le sacrement du désir de Dieu d'être présent au milieu de nous ». Il a également évoqué le rayonnement de la communauté des frères et des soeurs d'Abu Gosh dans ce pays : « Vous êtes une école de réconciliation au coeur de cette Terre Sainte, terre de contradictions... En vous regardant vivre, je suis convaincu que cette communauté ne laisse personne indifférent, grâce à vous beaucoup viennent boire à la source de l'espérance. »

Jean-Marie Allafort rappelle que l'église croisée d'Abu Gosh « avait été laissée à l'abandon pendant de nombreux siècles, et c'est seulement en 1907 qu'elle retrouva son utilisation initiale lorsque des moines bénédictins français de la congrégation de Subiaco vinrent s'y installer ».

Dans son discours de bienvenu, le père abbé d'Abu Gosh, frère Charles, avait salué un mot pour chacun des « groupes » présents. La diversité de l'assemblée était représentative des amis de l'abbaye : Palestiniens et Israéliens, Juifs, musulmans et chrétiens de diverses confessions (arméniens orthodoxes, melkites, syriens catholiques, protestants...). Un représentant de l'Ordre de Malte rappelait les constructeurs de l'église. Le gouvernement français était représenté par consul général de France à Jérusalem, Alain Remy, et son épouse.

La première lecture de la messe a été proclamée en hébreu moderne et la deuxième en arabe.

Pour rappeler le lien entre les premiers bénédictins qui se réinstallèrent à Abu Gosh il y a 100 ans et l'Eglise syrienne catholique, dont ils dirigèrent le séminaire à Jérusalem, l'Evangile a été lu par un diacre de cette Eglise en langue syriaque.

Après un repas festif, les invités font pu assister à une conférence de Dominique Trimbur, chercheur au CNRS, retraçant l'histoire de la reprise de l'église d'Abu Gosh à la fin du 19ème siècle et insistant sur l'imbrication du politique et du religieux à cette période.

En effet, après avoir donné l'église de Lod aux grecs orthodoxes, les Ottomans furent pressés par les autorités françaises de faire un geste envers les latins. Ils concédèrent alors l'Eglise d'Abu Gosh et ses dépendances à l'Etat français, et le site devint domaine national de la république en 1873.

Après des années de recherches et de tractations, ce furent des bénédictins français de l'ordre de Subiaco qui se virent confier les lieux. Le 12 août 1901, une convention fut signée entre les moines et la France stipulant que les religieux devaient être majoritairement français et servir les intérêts de la République. Il fut décidé, pour se concilier les autochtones, de l'ouverture d'un dispensaire dans le village arabe musulman.

Parallèlement, la France fut sollicitée par l'Eglise syrienne catholique pour ouvrir un séminaire à Jérusalem. C'est sur le Mont du Scandale (où se trouve actuellement la maison Abraham, le secours catholique français) que les mêmes bénédictins se lancèrent dans cette aventure. Il s'agissait pour la France de contrecarrer les projets des catholiques allemands à Jérusalem après le passage remarqué de Guillaume II à Jérusalem.

Abu Gosh fut alors relégué au second plan. Les moines multiplièrent les démarches en vue de la restauration de l'église qui menaçait de s'écrouler. Finalement les autorités françaises accordèrent une aide d'urgence pour les travaux nécessaires.

Le 24 novembre 1907 eut lieu la première bénédiction abbatiale, et le 2 décembre de la même année, l'Eglise rénovée fut dédicacée en grande pompe. Abu Gosh devint alors le lieu de rencontre de la communauté française de Terre Sainte.

En 1953, les moines bénédictins se retirèrent car ils ne pouvaient plus assumer leur vocation monastique à cause de leur ministère au séminaire syrien catholique. Ils furent remplacés par les Lazaristes jusqu'en 1976, date à laquelle les premiers bénédictins français de la congrégation Mont Olivet reprirent les lieux alors vacants.

C'est alors que Dom Grammont, a du Bec-Hellouin, envoya trois frères, le regretté Jean-Baptiste Gourion, Charles Galichet (actuel Père abbé) et Alain Mercier, pour être une présence monastique en Israël avec une ouverture cordiale à tous sans exception.

Ils furent rejoints l'année suivante par trois moniales-oblates du Bec-Hellouin.