Emotion auprès d'enfants handicapés

L'après-midi du pape à Kkottongnae

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 579 clics

Le pape François a vécu un moment chargé d’émotion auprès de personnes handicapées, à Kkottongnae, ce 16 août 2014 après-midi, au troisième jour de son voyage apostolique en Corée du Sud. Il a aussi dédié la fin de sa journée aux communautés religieuses du pays et aux laïcs.

Ayant quitté Séoul – où il loge à la nonciature apostolique – en hélicoptère après le déjeuner, le pape a rejoint Kkottongnae, un ensemble d’instituts de santé et spirituels fondés par le P. John Oh Woong Jin dans la province de Chungcheong.

Emotion auprès d'enfants handicapés

Le pape a d’abord consacré sa première visite au Centre pour personnes handicapées "Maison de l’Espoir" (« House of Hope ») où l’attendaient quelque 150 patients adultes et une cinquantaine d’enfants handicapés venus d’un établissement voisin, en plus des 70 soignants et enseignants du Centre.

Dès son arrivée, un peu avant 16h30 (9h30 heure de Rome) le pape a été accueilli devant le centre, par le fondateur de la Communauté, le P. John Oh, par l’évêque de Cheongju, Mgr Gabriel Chang Bong-hun et par plusieurs autorités locales, en présence de milliers de personnes contenues derrière des barrières de sécurité.

A l’intérieur, le pape a quitté ses chaussures, un geste naturel dans les pays asiatiques lorsqu'on entre dans une maison. Un groupe d’enfants handicapés, polos blancs et bermudas noirs unis, ont exécuté une chorégraphie musicale rythmée, fiers et appliqués, devant le pape souriant.

Il a ensuite béni un à un les enfants, les jeunes et les nourrissons présents : prenant son temps, le pape s’est approché de chacun d’eux avec tendresse, se penchant sur eux, leur serrant les mains, les bénissant, leur caressant la tête, répondant avec simplicité et émotion aux effusions enthousiastes de certains, n’hésitant pas à les serrer paternellement dans ses bras.

Recueillement au "Jardin des enfants avortés"

Environ une heure plus tard, le pape a quitté la « Maison de l’Espoir », en prenant un bain de foule en voiture découverte, pour rejoindre le Centre de formation « School of Love » (Maison de l’Amour) à quelques centaines de mètres, où il devait rencontrer les communautés religieuses de Corée.

Sur le trajet, le pape s’est arrêté brièvement pour prier devant le symbolique « Jardin des enfants avortés », où sont plantés dans l’herbe des dizaines de croix blanches, en présence d’une représentation du mouvement « Prolife », fondé par des médecins coréens en 1990.

Eglises d’Asie (EDA), l’agence des Mission étrangères de Paris, précise que l’avortement « est une réalité massive en Corée du Sud » : le gouvernement recense environ 340 000 avortements par an, tandis que l’Eglise catholique en dénombre 1,5 million, beaucoup échappant aux statistiques officielles car payés de la main à la main, en liquide, l’avortement n’étant pas remboursé par les assurances maladie.

Lors de la messe de l'Assomption, hier, 15 août, le pape a appelé les chrétiens de Corée à être « une force généreuse de renouveau spirituel » dans la société, en « combattant la culture de la mort qui dévalue l’image de Dieu, le Dieu de la vie, et viole la dignité de chaque homme, femme et enfant ».

"Dieu désire nos coeurs complètement"

En arrivant à « School of Love » à 17h35, avec une vingtaine de minutes de retard sur l’horaire prévu, le pape a exprimé son regret, faute de temps, de ne pouvoir célébrer les vêpres avec la véritable marée des 5.000 religieuses et religieux qui l’attendaient fort enthousiastes. Mais il a prié avec eux un « Je vous salue Marie », avant de les exhorter à « se détacher » et à « sortir de soi-même » toujours davantage : « Il n’y a pas de raccourci : Dieu désire nos cœurs complètement ».

Il a dénoncé aussi « l’hypocrisie de ces hommes et femmes consacrés qui font le vœu de pauvreté et cependant vivent comme des riches, blessant les âmes des fidèles et abimant l’Église » et il a mis en garde contre « la tentation d’adopter une mentalité purement fonctionnelle et mondaine, qui conduit à mettre son espérance seulement dans les moyens humains ».

Les religieux et religieuses de Corée ont remis entre les mains du pape une somme d’argent récoltée sur les jeûnes hebdomadaire des communautés ces derniers mois, pour des œuvres de charité, ainsi que des « millions de dizaines de chapelet » récitées pour son apostolat.

Travailler pour la promotion humaine

Enfin, le pape a réservé sa dernière visite aux responsables de l'Apostolat des laïcs, au Centre de spiritualité de Kkottongnae, à 18h30 : dans la chaleur encore écrasante de la fin de journée (30°C), s’épongeant le front d’un mouchoir, il les a encouragés à « multiplier les efforts dans le domaine de la promotion humaine » et à « soutenir les couples mariés et les familles dans l’accomplissement de leur mission ».

Quittant Kkottongnae dans la modeste voiture Kia de couleur noire qui l’accompagne depuis son arrivée en Corée, le pape a repris le chemin de la capitale.

Ce matin, il a célébré la béatification de 124 martyrs laïcs de Corée, lors d’une messe à laquelle ont participé 800.000 personnes à Séoul. Demain, il consacrera sa matinée aux évêques d'Asie au sanctuaire de Haemi et célébrera la messe de clôture de la VIe Journée de la jeunesse asiatique dans l’après-midi.