En Jésus-Christ, la fin des temps est déjà là

Homélie du P. Cantalamessa, à Saint-Pierre

Rome, (Zenit.org) | 1147 clics

« En Jésus-Christ mort et ressuscité le monde a atteint sa destination finale… on peut dire que la fin des temps a déjà eu lieu, car en Christ, monté à la droite du Père, l’humanité a atteint sa destination finale », souligne le P. Cantalamessa.

Le P. Raniero Cantalamessa, ofmcap, prédicateur de la Maison pontificale, a prononcé l’homélie de la célébration de la Passion présidée par le pape François, ce Vendredi Saint, 29 mars 2013, en la basilique Saint-Pierre.

Par la mort et la résurrection du Christ, « les cieux nouveaux et la terre nouvelle ont déjà commencé. Malgré toutes les misères, les injustices, les monstruosités, présentes sur terre, l’ordre du monde définitif a déjà commencé en lui…le mal et la mort sont en réalité battus à jamais », a déclaré le prédicateur : « la réalité c’est que Jésus est le Seigneur du monde ».

Prédication du P. Raniero Cantalamessa, ofmcap 

JUSTIFIÉS GRATUITEMENT

PAR LA FOI DANS LE SANG DE JÉSUS-CHRIST

Prédication du Vendredi saint 2013 en la basilique Saint-Pierre

«  Tous les hommes sont pécheurs, ils sont tous privés de la gloire de Dieu, lui qui leur donne d'être des justes par sa seule grâce, en vertu de la rédemption accomplie dans le Christ Jésus. Car Dieu a exposé le Christ sur la croix, par l'offrande de son sang, […], pour manifester, au temps présent, ce qu'est sa justice qui sauve. Telle est sa manière d'être juste et de rendre juste celui qui met sa foi en Jésus. » (Rm 3, 23-26).

Nous voici au sommet de l’année de la foi et à son moment décisif. Voilà la foi qui sauve, la « foi qui triomphe du monde » (1 Jn 5, 5)! La foi – appropriation par laquelle nous faisons nôtre le salut accompli par le Christ, nous revêtons le manteau de sa justice. D’un côté il y a la main tendue de Dieu qui offre sa grâce à l’homme; de l’autre la main de l’homme qui se tend pour l’accueillir avec foi. La « nouvelle alliance éternelle » est scellée par une poignée de main entre Dieu et l’homme.

Nous avons la possibilité de prendre, ce jour-là, la décision la plus importante de toute notre vie, celle qui ouvre grand les portes de l’éternité : croire ! Croire que «  Jésus est mort pour nos fautes et ressuscité pour notre justification » (Rm 4, 25) ! Dans une homélie pascale du IVème siècle, voici ce que disait l’évêque dans un langage extraordinairement moderne et existentiel : « Pour chaque homme, le début de la vie est celui à partir duquel le Christ s’est immolé pour lui. Mais le Christ s’est immolé pour lui au moment où il a reconnu la grâce et où il est devenu conscient de la vie qui lui a été donnée par cette immolation » ( Homélie pascale de l’année 387 , dans SCh 36, p. 59 s.).

Quelle chose extraordinaire ! Ce Vendredi Saint célébré durant l’Année de la foi et en présence du nouveau successeur de Pierre, pourrait être, si nous le voulons, le début d’une nouvelle existence. L’évêque Hilaire de Poitiers, converti au christianisme à l’âge adulte, en repensant à sa vie passée disait: « Avant de te connaître, je n’existais pas ».

La seule chose qu’on nous demande c’est de ne pas nous cacher comme Adam après la faute, de reconnaître que nous avons besoin d’être justifiés ; que nous ne nous justifions pas nous-mêmes. Le publicain de la parabole monta au Temple et fit une très courte prière: « Mon Dieu, prends pitié du pécheur que je suis ». Et Jésus dit que cet homme rentra chez lui « justifié », c’est-à-dire devenu un homme juste devant Dieu, pardonné, un autre homme, en chantant allègrement, j’en suis sûr, dans son cœur (Lc 18,14). Qu’avait-il fait  de si extraordinaire ? Rien, il s’était mis dans la verité devant Dieu, et c’est l’unique chose dont Dieu a besoin pour agir.

*   *   *

Comme celui qui, pendant l’escalade à une paroi alpine, vient de surmonter un passage dangereux et s’arrête un instant pour reprendre son souffle et admirer le nouveau panorama qui s’ouvre devant lui, ainsi fait l’apôtre Paul, au début du chapitre 5 de la Lettre aux Romains:

« Justifiés donc par la foi, nous sommes ainsi en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a donné, par la foi, l'accès au monde de la grâce dans lequel nous sommes établis ; et notre orgueil à nous, c'est d'espérer avoir part à la gloire de Dieu. Mais ce n'est pas tout : la détresse elle-même fait notre orgueil, puisque la détresse, nous le savons, produit la persévérance ; la persévérance produit la valeur éprouvée ; la valeur éprouvée produit l'espérance ; et l'espérance ne trompe pas, puisque l'amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l'Esprit Saint qui nous a été donné. » (Rm 5, 1-5).

Aujourd’hui, on fait des photos satellitaires à rayons infrarouges de régions entières de la terre, voire de la planète tout entière. Comme le panorama vu d’en-haut, à la lumière de ces rayons, est diffèrent par rapport à ce que nous voyons à la lumière naturelle et en étant dedans! Je me souviens de l’une des toutes premières photos satellitaires diffusées dans le monde; celle-ci reproduisait toute la péninsule du Sinaï. Les couleurs étaient très différentes, les reliefs et les dépressions plus marquées. C’est un symbole. La vie humaine aussi, vue aux rayons infrarouges de la foi, du haut du Calvaire, paraît différente de ce que l’on voit « à l’œil nu ».

« Tous – disait le sage de l’Ancien Testament – ont un même sort, le juste et le méchant... Je regarde encore sous le soleil : à la place du droit, là se trouve le crime, à la place du juste se trouve le criminel » (Qo 3, 16; 9, 2). Et en effet de tout temps on a vu l’iniquité triompher et l’innocence humiliée. Mais pour ne pas avoir à croire qu’il existe dans le monde quelque chose de fixe et de sûr, relève Bossuet, voilà qu’il nous arrive parfois de voir le contraire, c’est-à-dire de voir l’innocence sur le trône et l’iniquité sur l’échafaud. Mais que répondait Qohélet le sage à cela ? « Alors je me dis en moi-même : le juste et le criminel Dieu les jugera, car il y a un temps pour toute chose » (Qo 3, 17). Il a trouvé le juste point d’observation.

Ce que Qohélet ne pouvait pas savoir et que nous, par contre, nous savons c’est que ce jugement a déjà eu lieu: « C’est maintenant – dit Jésus en entrant dans sa passion – le jugement de ce monde ; maintenant le Prince de ce monde va être jeté dehors ; et moi, une fois élevé de terre, j'attirerai tous les hommes à moi » (Jn 12, 31-32).

En Jésus-Christ mort et ressuscité le monde a atteint sa destination finale. Il faut la foi pour le croire. Le progrès de l’humanité avance aujourd’hui à un rythme vertigineux et celle-ci voit se déployer devant elle des horizons nouveaux et impensables, fruit de ses découvertes. Pourtant, on peut dire que la fin des temps a déjà eu lieu, car dans le Christ, monté à la droite du Père, l’humanité a atteint sa destination finale. Les cieux nouveaux et la terre nouvelle ont déjà commencé. Malgré toutes les misères, les injustices, les monstruosités, présentes sur terre, l’ordre du monde définitif a déjà commencé en lui. Ce que nous voyons de nos yeux peut nous suggérer le contraire, mais le mal et la mort sont en réalité défaits à jamais. Leurs sources sont asséchées ; la réalité c’est que Jésus est le Seigneur. Le mal a été radicalement vaincu par l’œuvre de rédemption qu’il a opérée pour nous.

Une chose surtout paraît différente, vue avec les yeux de la foi: la mort! Le Christ est entré dans la mort comme on entre dans une sombre prison; mais il en est sorti en passant par l’autre mur. Il n’est pas retourné d’où il était venu, comme Lazare qui se remet à vivre pour mourir à nouveau. Il a ouvert une brèche vers la vie et personne ne pourra la refermer. La mort n’est plus un mur contre lequel se brise toute espérance humaine ; elle est devenue un pont vers l’éternité. Un « pont des soupirs », peut-être parce que personne n’aime mourir, mais un pont, non plus un abîme qui avale tout. « L’amour est fort comme la mort, dit le Cantique des cantiques » (Ct 8,6). Mais le Christ a été plus fort que la mort !

Dans son « Histoire ecclésiastique du peuple anglais »,Bède le Vénérable raconte comment la foi chrétienne fit son entrée dans le nord de l’Angleterre. Quand les missionnaires venus de Rome arrivèrent dans le Northumberland, le roi local convoqua un conseil des dignitaires pour décider s’il fallait ou pas leur permettre de répandre le nouveau message. Certains y étaient favorables, d’autres pas. C’était l’hiver et dehors il neigeait et c’était la tempête, mais la pièce était éclairée et chaude. A un certain moment un petit oiseau entra par un trou du mur, voleta apeuré quelques instants dans la pièce, puis disparut par un autre trou dans le mur d’en face.

Alors une des personnes du conseil se leva et dit : « Sire, notre vie dans ce monde ressemble à ce petit oiseau. Nous venons de l'obscurité, nous ne savons pas d’où, nous profitons de la lumière et de la chaleur du monde un instant et puis nous disparaissons à nouveau dans l’obscurité, sans savoir où nous allons. Si ces hommes sont en mesure de nous révéler quelque chose du mystère de notre vie, nous devons les écouter. » La foi chrétienne pourrait revenir sur notre continent européen et dans le monde sécularisé pour la même raison que celle qui l’a faite arriver : c’est-à-dire comme la seule à avoir une réponse sûre à donner au problème de la mort.

*   *   *

La croix sépare les croyants des non croyants, car pour les uns celle-ci est « scandale » et « folie » et pour les autres « puissance » et « sagesse » de Dieu (cf. 1 Co 1, 23-24); mais dans un sens plus profond la croix unit tous les hommes, croyants et non croyants. « Jésus devait mourir […] non pas pour la nation seulement, mais encore afin de rassembler dans l'unité les enfants de Dieu dispersés » (cf. Jn 11, 51 s.). Les cieux nouveaux et la terre nouvelle sont à tout le monde et pour tout le monde, car le Christ est mort pour tous.

C’est de tout cela que naît l’urgence d’évangéliser : « L'amour du Christ nous presse, à la pensée qu’un seul est mort pour tous » (2 Co 5,14). Il nous presse à l’évangélisation! Annonçons au monde la bonne nouvelle qu’« il n'y a plus maintenant de condamnation pour ceux qui sont dans le Christ Jésus, car  la loi de l'Esprit qui donne la vie dans le Christ Jésus nous a affranchis de la loi du péché et de la mort » (Rm 8,1-2).

[Le P. Cantalamessa proclame ce verset en anglais, français, espagnol]

Il y a un court récit de Franz Kafka qui est un puissant symbole religieux, et prend une signification inédite, presque prophétique, écouté le vendredi saint. Il s’intitule « Un message impérial ». Ce récit parle d’un roi qui, sur son lit de mort, appelle à son chevet un de ses sujets et lui susurre un message à l’oreille. Ce message est si important qu’il se le fait répéter, à son tour, à l’oreille. Puis il renvoie le messager qui se met en route. Mais écoutons directement de l’auteur la suite du récit, aux accents oniriques, proche du cauchemar, propres à cet écrivain:

« Avançant un bras, puis l’autre, le messager se fraye un chemin à travers la foule ; s’il rencontre de la résistance, il désigne sa poitrine qui porte le signe du soleil ; il avance ainsi, avec une très grande facilité. Mais la foule est immense, elle est partout. Si l’espace s’ouvrait devant lui, comme il volerait ! Tu entendrais bientôt le martèlement glorieux de ses poings à ta porte. Mais hélas, ses efforts restent vains ! Il continue de peiner pour se frayer un chemin à travers les appartements du palais central desquels il ne sortira jamais. Et s’il y parvenait, il n’en serait pas plus avancé ; dans la descente des escaliers, il aurait encore à se battre ; et s’il parvenait jusqu’en bas, il n’aurait encore rien fait, il lui faudrait traverser les cours ; et après les cours, le second cercle de palais, et de nouveau des escaliers et des cours, et de nouveau un palais ; et ainsi de suite durant les siècles des siècles. Et si enfin il se précipitait par la dernière porte – mais jamais, jamais cela ne pourrait se produire – il trouverait devant lui la Ville impériale, le centre du monde, la Ville ont sont entassées des montagnes de ses détritus. Là, personne ne pénètre, même avec le message d’un mort. Mais toi tu es assis à ta fenêtre, et tu rêves de ce message quand vient le soir ».

Sur son lit de mort, le Christ aussi a confié à son Eglise un message: « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création » (Mc 16, 15). Il y a encore tant d’hommes qui sont à la fenêtre et rêvent, sans le savoir, d’un message comme le sien. Jean, nous venons de l’entendre,  affirme que le soldat a transpercé le côté du Christ sur la croix afin que cette parole de l’Ecriture s’accomplisse : « Ils lèveront les yeux vers celui qu'ils ont transpercé » (Jn 19, 37). Dans l’Apocalypse il ajoute: « Voici qu'il vient sur les nuées, et tous les hommes le verront, même ceux qui l'ont transpercé, et, en le voyant, toutes les tribus de la terre se lamenteront » (Ap 1,7).

Cette prophétie n’annonce pas la venue finale du Christ, quand l’heure ne sera désormais plus à la conversion mais au jugement. Il décrit au contraire la réalité de l’évangélisation des peuples. En elle se vérifie une mystérieuse, mais réelle venue du Seigneur qui apporte le salut. Leurs pleurs ne seront pas des pleurs de désespoir, mais des pleurs de repentir et de consolation. Tel est le sens de l’Ecriture prophétique que Jean voit se réaliser lorsque le Christ est transpercé sur le côté, c’est à dire celle de Zacharie 12, 10: « Je répandrai sur la maison de David et sur l'habitant de Jérusalem un esprit de grâce et de supplication, et ils regarderont vers moi, celui qu'ils ont transpercé. »

L’évangélisation a une origine mystique; c’est un don qui vient de la croix du Christ, de ce côté transpercé, ouvert, de ce sang et de cette eau. L’amour du Christ, comme l’amour trinitaire dont il est la manifestation historique, est « diffusivum sui », tend à se répandre et à atteindre toutes les créatures, « spécialement celles qui ont le plus besoin de sa miséricorde ». L’évangélisation chrétienne n’est pas « conquête », n’est pas « propagande » ; c’est un don de Dieu au monde en son Fils Jésus. C’est donner à la Tête la joie de sentir la vie s’écouler de son cœur vers son corps, jusqu’à en vivifier ses membres les plus lointains.

Nous devons faire en sorte que l’Eglise ne ressemble jamais à ce château compliqué et encombré décrit par Kafka, et que le message puisse sortir d’elle libre et joyeux comme lorsqu’il a commencé sa course. Nous savons quels sont les empêchements qui peuvent retenir le messager: les murs diviseurs, à commencer par ceux qui séparent les différentes Eglises chrétiennes entre elles, l’excès de bureaucratie, les restes d’apparats, lois et controverses passées, devenus désormais des détritus.

Dans l'Apocalypse, Jésus dit qu'il se tient à la porte et frappe (Ap 3,20). Parfois, comme l'a souligné notre Pape François, il ne frappe pas pour entrer, mais frappe de l'intérieur pour sortir. Sortir vers la «banlieue existentielle du péché, de la souffrance, de l'injustice, de l'ignorance et de l'indifférence religieuse, de la pensée et de toutes les formes de misère. »

C’est comme avec certains vieux édifices. Au fil des siècles, pour s’adapter aux exigences du moment, ceux-ci sont remplis de cloisons, d’escaliers, de salles et petites salles. Le moment arrive quand l’on s’aperçoit que toutes ces adaptations ne répondent plus aux exigences actuelles, qu’elles sont même un obstacle, et il faut alors avoir le courage d’abattre tout cela, et de ramener l’édifice à la simplicité et à la linéarité de ses origines. C’est la mission que reçut un jour un homme qui priait devant le crucifix de Saint Damien : «  Va, François, et répare ma maison ».

« Qui peut-être à mesure de cette tâche ? », se demandait atterré l’Apôtre Paul devant le devoir surhumain d’être « la bonne odeur du Christ » dans le monde; et voici sa réponse qui vaut encore aujourd’hui: « Ce n'est pas que de nous-mêmes nous soyons capables de revendiquer quoi que ce soit comme venant de nous; non, notre capacité vient de Dieu, qui nous a rendus capables d'être ministres d'une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l'Esprit ; car la lettre tue, l'Esprit vivifie » (2 Co 2, 16; 3, 5-6).

Puisse l’Esprit Saint, en ce moment où s’ouvre pour l’Eglise un temps nouveau, plein de promesses et d’espérance, réveiller chez les hommes, qui sont à la fenêtre, l’attente du message et chez les messagers la volonté de le leur faire parvenir à destination, au prix de leur vie.

Traduction d’Isabelle Cousturié